Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

jeudi, février 17, 2005

Oui à la constitution européenne

Le PRG a définit une position officielle par referendum interne sur le projet de constitution qui nous est proposé.

RESULTATS :
70% de votants dont 67,65% pour le Oui et 32,34% pour le Non.

Jean-Michel BAYLET, Président du Parti Radical de Gauche déclare :

« Les Radicaux de gauche se sont massivement prononcés pour le Oui à la Constitution européenne.
Ils veulent donc poursuivre l’œuvre entreprise pour la construction d’une Europe puissante et solidaire.
Ce résultat engage l’ensemble des élus et des militants de notre Parti.
Bien naturellement, les radicaux seront aux avant-postes d’une campagne résolue pour un oui massif ».
http://www.planeteradicale.org/asp/communique.asp?id=6649

Le Oui radical au projet de Constitution est un oui d’adhésion, ce qui le différencie du petit oui pas très convaincu des socialistes.


Les Radicaux sont des partisans résolus d’une Europe fédérale et ce projet en constitue une étape majeure en instaurant un président de l’UE, un ministre des affaires étrangères de l’UE et en créant des lois européennes, elle organise donc ce qui commence à ressembler à un Etat appelé l’Europe.

De plus la construction européenne a scellé la réconciliation franco-allemande et a apporté la paix aux pays membres de l’UE. L’Union Européenne est une construction originale qui rassemble des peuples selon un processus démocratique, le débat actuel l’illustre bien. L’UE montre que l’on peut promouvoir la démocratie autrement que les Américains en Irak. Cette construction est un exemple pour le monde entier, le remettre en question c’est donner un mauvais coup à la démocratie dans le monde.

L’Europe ce sont des acquis un grand marché pour nos entreprises (donc des emplois), une influence renforcée dans le monde et une monnaie forte. Les réussites sont incontestables, il faut aller plus loin.

Le projet se fonde sur « une économie sociale de marché, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection de l’environnement. Elle combat l’exclusion sociale et promeut la justice et la protection sociale ». Il est donc possible de partir de la Constitution pour bâtir l’Europe sociale.

Pour ce qui est de la deuxième phrase de l’article 3 qui peut réellement refuser une concurrence libre et non faussée ? Celle-ci d’ailleurs peut-être la base d’une harmonisation fiscale et sociale, par le haut, dans l’ensemble de l’UE si la volonté politique de le faire existe.

De plus le traité donne enfin une base juridique à la notion de service public, absente du traité de Rome. Il stipule en effet que « l’Union reconnaît et respecte l’accès aux services d’intérêt économique général tel qu’il est prévu par les législations et pratiques nationales ».


Ainsi dans de nombreux domaines ce traité constitue une avancé pour l’Europe politique et sociale, et en tout état de cause il n’y a aucun recul par rapport à ce qui existe déjà. D’ailleurs on peut constater que tout ceux qui défendent le non, même s’ils s’en défendent sont des adversaires de la construction Européenne, extrême gauche et extrême droite, aile gauche du PS, souverainistes de droite et de gauche. Le rejet de la CED a déjà retardé de 50 ans la construction de l’Europe politique, il est évident qu’un rejet de cette constitution renverrait aux calendes grecques la construction de l’Europe politique que nous appelons de nos vœux.

sites&blogs Annuaire politique