Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

vendredi, mai 06, 2005

Le PRG c’est la France qui dit OUI

Cette « constitution », sur laquelle nous sommes appelés à nous prononcer le 29 mai prochain, a été rédigée par une convention afin de permettre à l’Union européenne de fonctionner correctement à 25 Etats membres. C’est un texte général qui affirme des valeurs, des droits et des grands principes de politique... Il s’agit donc d’un texte cadre. Les élus PRG du Val d’Oise sont tous partisans d’adopter ce texte.

Malheureusement, aujourd’hui, les partisans du non dévoient le débat. Ils considèrent le referendum comme une parenthèse qui est l’occasion, surtout à gauche, de manœuvres politiques. La gauche contestataire fait le pari que la victoire du NON lui permettra de se rassembler autour du marxisme et du nationalisme. L’objectif étant évidemment de faire perdre la gauche réformiste en 2007. La ficelle est grosse ainsi la récente déclaration de Bernard Cassen, président d'honneur d'ATTAC, sur France Inter qui expliquait qu'en cas de victoire du non, les Etats membres pourraient faire entrer en vigueur les deux premières parties du texte et laisser de côté la troisième partie, laisse songeur. Surtout qu’il s’agit, le 29 mai, d’adopter seulement les deux premières parties, la troisième étant DEJA en vigueur.

Quand on est réaliste, responsable, et véritablement pro-européen, on ne peut que constater les avancées indiscutables offertes par le texte qui nous est proposé. Ainsi le principe de subsidiarité renforce considérablement le pouvoir des Parlements nationaux. Quant aux services publics, le texte introduit une nouvelle disposition servant de fondement pour adopter une loi européenne sur le sujet. De plus, il n'y a aucune disposition dans le texte de la Constitution européenne qui permette de remettre en cause la législation française sur la laïcité et sur le port des signes religieux à l'école. Enfin, le traité inscrit le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes dans les principes de l’UE et la charte des droits fondamentaux consacre le principe de non discrimination, l'inscription de l'égalité dans tous les domaines, opposable en droit et qui va très loin. Et ce ne sont là que quelques exemples.

Défendre le oui, c'est défendre l'idée de l'Europe, puissance économique et politique, poussée en avant par la France de l'intérieur.

Le non de gauche est une folie en ce sens qu'il est réducteur pour l'Europe. Il l'est tout autant pour la France, dont il ne reconnaît pas les capacités à être le pilier progressiste de cette Europe que nous appelons de nos vœux. C’est pour cette raison aussi que le débat actuel est important et que ceux qui considèrent qu’il n’est qu’une parenthèse pour préparer 2007 se trompent lourdement. Le 30 mai, il ne sera pas possible de se retrouver comme si de rien était. Il y aura définitivement d’un coté les anti-européens arc-boutés sur des idées conservatrices héritées du marxisme, du souverainisme et du nationalisme et de l’autre les pro-européens progressistes, partisans d’une Europe sociale, politique et solidaire.

Pour les Radicaux de Gauche, il ne pourra être question de fermer les yeux sur cette fracture !

Pascal-Eric Lalmy

Conseiller Municipal PRG de Cergy

Secrétaire National du PRG

sites&blogs Annuaire politique