Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, mai 24, 2005

questions sur le TCE

Est-ce que le projet de Constitution protège les services publics ?

« Aujourd’hui le projet de Constitution va constitutionnaliser dans son article III-122 la reconnaissance des services publics et il garantit leur besoin de financement.

Le texte constitutionnel apporte également une avancée en faveur des services publics grâce à l’intégration de la Charte européenne des droits fondamentaux, qui dispose au terme de l’article II-96 que « l’Union reconnaît et respecte l’accès aux services publics d’intérêt économique général (...) afin de promouvoir la cohésion sociale et territoriale de l’Union ».

Voter OUI c’est donc préserver, dans un cadre Européen, nos services publics. »

Comprenez-vous l’insatisfaction des partisans du NON ?

« Je conçois l’insatisfaction des partisans du NON. Certes ce Traité ne répond pas, loin s'en faut, à toutes nos aspirations. Mais nous avançons, à pas lents, mais nous avançons. Nous devons principalement nous déterminer au vu des effets prévisibles du oui, et du non. Le risque est réel que le non nous fasse, au mieux perdre du temps et de l'efficacité sur le chemin de conquêtes longues et difficiles, au pire donne le signal d'une dégradation de la construction européenne, et ouvre la voie au retour de situations bien pires que celles qu’on dénonce. Je crois que c'est ce mélange de bon sens et d'optimisme qui fonde l'action des radicaux. »

L’unanimité n’est-elle pas une limite à l’harmonisation des politiques sociales en Europe ?

« Sur les questions sociales et fiscales, il faut bien comprendre que l'unanimité représente autant une limite à l'harmonisation qu'une protection. Les Scandinaves l'ont bien compris, eux qui refusent le passage à la majorité qualifiée dans ces matières. Car soyons conscients qu'accepter la majorité qualifiée, c'est accepter d'être éventuellement mis en minorité.
Accepterions-nous aujourd'hui d'être mis en minorité sur les questions sociales ou fiscales par le Royaume-Uni ou le Luxembourg ? »

On dit que le traité menace nos traditions Républicaines

« Le projet de Constitution ne remet pas en cause les principes Républicains de la France. En effet l’article II-70 de traité actuel ne va pas plus loin que la Convention Européenne des droits de l’Homme sur la question de libertés religieuses. Or ni la France, ni la Turquie n’ont jamais étaient condamnées par la justice Européenne pour leurs lois laïques. De plus l'art I-52 indique que le traité constitutionnel ne préjuge pas du statut des églises tels qu'il résulte des législations nationales, le principe de séparation des Eglises et de l’Etat n’est donc pas remis en cause. »

sites&blogs Annuaire politique