Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

dimanche, décembre 18, 2005

Il faut achever la décolonisation

Un grand nombre de jeunes Français ont un parent issu d’une ancienne colonie française. Ce devrait donc être un devoir pour la France de s’interroger sur son passé colonial, et d’interroger avec les jeunes ce passé « qui passe mal ».
D’ailleurs, dans son discours du 23 novembre 1997 à Cayenne le président de la République déclarait que « la colonisation n'a jamais porté de véritables fruits en Guyane. La plus ancienne des terres françaises d'Outre-mer est aussi l'une de celles que la France, malgré de multiples tentatives, n'est jamais parvenue à mettre réellement en valeur : pendant près de quatre siècles, elle a gardé pour les métropolitains l'image d'un "enfer vert". ». Quelques années après ce discours, l’assemblée nationale adoptait, le 21 mai 2001, la loi « Taubira ». Au terme de cette loi, la France « reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité. ». Les symboles sont forts. Il pourrait laisser penser que la France entreprend à l’aube du XXIe siècle la nécessaire réflexion sur son passé de puissance coloniale. Mais, les symboles ne comptent que s’ils sont porteurs d’actes.
Or, 4 ans après l’adoption de la loi « Taubira » l’article 2, « Les manuels scolaires et les programmes de recherche en histoire et en sciences humaines accorderont à la plus longue et la plus massive déportation de l'histoire de l'humanité la place conséquente qu'elle mérite (…) » n’est toujours pas appliqué. Les jeunes gens qui s’apprêtent à rentrer en classe cette année ne s’attarderont pas sur ce drame humain plus que quelques minutes en évoquant le commerce triangulaire en 4e. Pis, depuis on a fait machine arrière, ainsi par la loi du 23 février 2005 « La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française... » et son article 4 d’ajouter « […]Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, […]. ».
Le refus du gouvernement et des responsables de l’UMP de reconnaître qu’ils ont commis une erreur avec cette loi nous conduit aujourd’hui à un débat malsain. A la manière de ce qu’il s’est passé au moment de l’affaire Dreyfus le droit et la vérité s’opposent à l’honneur et à la fierté. Une fois de plus la France a du mal a regardé sa vérité en face, une fois de plus on retrouve l’arrogance d’une droite hautaine face à une gauche qui a choisi de défendre les plus faibles, les « sans droits ». Dans ce combat, les Radicaux qui sont les défenseurs des libertés individuelles et des droits du citoyen face aux puissances ont un rôle particulier à jouer. Car dans le champs de l’histoire, en particulier, la principe de laïcité doit être défendu avec vigueur pour s’opposer aux manipulations politico idéologiques.
L’article 4 de la loi du 23 février 2005 et la négation d’une partie de notre histoire contribuent à la marginalisation d’une fraction de nos enfants de couleur ou d’origine étrangère en niant la dette sociale que la France a contracté vis-à-vis d’eux. Alors qu’il faudrait redonner confiance à ces jeunes en leur rendant leur dignité, et celle de leurs ancêtres, pour leur donner les moyens de partager l’idéal Républicain avec leurs différences et leur fierté.

sites&blogs Annuaire politique