Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

vendredi, janvier 27, 2006

2005, l’année la plus chaude

L’année 2005 a été une année chaude à tous les points de vue : sur le plans social, humanitaire, ou encore environnemental. Mais selon les scientifiques de la NASA elle l'a été plus concrétement sur le plan du climat. La Nasa met en cause l’accroissement rapide des émissions de gaz à effet de serre dans ce phénomène.

L’agence spatiale américaine indique que l’année écoulée a été la plus chaude depuis qu’on a commencé à mesurer et prélever scientifiquement la température, c'est à dire depuis plus d'un siècle. Selon le Goddard Institute pour les études spatiales de la Nasa (GISS) , qui a effectué les analyses des données, la température moyenne de la zone arctique, où la fonte des glaciers s’accélère, a ainsi été très élevée.
Cinq des années les plus chaudes (1998, 2002, 2003, 2004, 2005) ont été enregistrées au cours de la dernière décennie avec le précédent record, très près de celui de 2005, en 1998.
Mais l’étude "relativise" les résultats obtenus en 1998 : cette année là, El Nino, le courant marin du Pacifique, a été le plus chaud en un siècle, entraînant une hausse de la température moyenne sur l'ensemble de la planète. Rien de similaire ne s’est produit en 2005, la nette hausse de température s’est produite sans qu’El Nino se soit en cause.. La tendance au réchauffement se confirme. Les chercheurs constatent que les températures ont augmenté de 0,6°C en trente ans et de 0,8°C sur un siècle.
"Cette récente montée de la température coïncide avec une accroissement rapide des émissions de gaz à effet de serre atmosphérique résultant de l'activité humaine", souligne la Nasa dans un communiqué, qui indique par ailleurs que les modèles climatiques sur ordinateurs correspondent aux prévisions. "De ce fait, le réchauffement rapide observé rend urgentes des discussions sur la manière de ralentir les émissions à effet de serre atmosphérique", insiste la Nasa dans ce même communiqué. Ces émissions --dioxyde de carbone, méthane et oxyde nitreux-- ont augmenté de 2% aux Etats-Unis en 2004, selon les derniers chiffres publiés en décembre par le département américain de l’Energie.
Or, lors de la conférence de l’Onu sur le climat à Montréal, les Etats-Unis et la Chine (l'autre grand émetteur de gaz à effet de serre) ont refusé de s'associer aux discussions sur les limitations de ces gaz à effet de serre après l'esxpiration du protocole de Kyoto en 2012.
Au rythme actuel, les Etats-Unis verront leurs émissions à effet de serre augmenter de 25% en 2012 par rapport à 1990, sans parler du cas de la Chine où la croissance est encore plus forte.

sites&blogs Annuaire politique