Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

vendredi, janvier 20, 2006

Proposition 1 : la garantie permanente d’activité.

Comme annoncé, je poursuis mon analyse des propositions de DSK, cette fois-ci je vous livre mon sentiment sur sa proposition n° 1, la garantie permanente d'activité.
J'ai du mal à saisir l'intérêt de la "carte", s'agit-il de doter chaque Français d'un porte-feuille électronique dans lequel il garderait une trace de toutes ses activités professionnelles et de toutes les formations qu'il aurait suivi? En quelques sorte un bilan de compétence "dynamique" qui se mettrait à jour régulièrement.

L'idée peut paraître effectivement séduisante, cela remplacerait efficacement le CV à l'heure du tout électronique. J'identifie une offre d'emploi qui m'interesse, je dépose ma candidature par voie électronique, au passage on peut alors mettre en place le système du CV anonyme - à la manière du n° de Sécu, on pourrait avoir un n° d'activité.

Toutefois, c'est à la fois inquiétant. En effet, n'est-ce pas une nouvelle étape vers "Big Brother". A l'aube du XXIe siècle il me semble dangereux de rétablir un système qui permettrait de restaurer une sorte de livret ouvrier. Car si effectivement le travailleur, ou l'actif, garde une trace de toutes les formes d'activités qu'il a, on instaure en même temps la traçabilité du citoyen.

L'idée a sans doute un intérêt, mais elle ne peut pas être mise en œuvre sans une reflexion de fond sur la garantie des libertés individuelles, le droit d'accès et de rectification, voire de suppression, d'information doit être garanti à l'individu. Au cours d'une vie, les étapes que l'on franchit, peuvent nous conduire à renier ce que nous avons été. Il me semble que dans un état laïque c'est un droit fondamental.

Au-delà, on ne peut éviter de s'interroger sur les évolutions futures d'une société où l'informatique et les technologies de la communication permettront demain d'assurer à l'Etat, et peut-être à des puissances privées, une traçabilité complète de l'individu de sa naissance à sa mort par le croisement électronique des fichiers. Entre la carte vitale, la carte navigo, l'abonnement téléphonique, le passeport biométrique, la carte bancaire etc. quelle parcelle de mystère reste-t-il à chacun?

sites&blogs Annuaire politique