Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

lundi, février 06, 2006

Le patriotisme économique n’existe pas !

L’OPA lancée par Mittal Steel sur Arcelor a donné une nouvelle fois l’occasion à nos gouvernants d’étaler d’une part leur impuissance et d’autre part leur totale incompréhension de la mondialisation et finalement de se couvrir de ridicule.

En effet dans un marché ouvert, où les économies nationales sont en compétitions pour attirer les investisseurs voilà qu’on leur demande désormais d’avoir la courtoisie de solliciter une autorisation avant d’acheter une entreprise. Il y avait eu le précédent Danone où la gauche de la gauche nous avait fait hurler de rire en réclamant la nationalisation des yaourts. L’affaire Mittal Steel est l’occasion pour la droite de nous faire rire en en appelant au patriotisme économique.

Le concept même de patriotisme économique relève à la fois d’une méconnaissance du fait économique et d’une fossilisation de la pensée. Effectivement, comment penser une seconde que dans une économie globalisée les « capitaines d’industrie » ou les « managers » se soucient une seule seconde de la « patrie » du groupe qu’ils pilotent ? Par quelle magie un patron Français serait-il intrinsèquement plus sensible au bien être de son personnel qu’un patron Indien ? On pourrait rappeler ici l’affaire des « LU » licenciés par Danone sans états d’âme, ou encore la reprise d’Unimetal par Mittal Steel qui semble s’être bien déroulée, pour bien illustrer la limite de cette idée de patriotisme économique. Mais ne manquons pas de rappeler au passage qu’aujourd’hui la plupart des grands groupes internationaux sont apatrides !

Alors y’a-t-il lieu comme M. Breton de se déclarer opposé aux OPA « hostiles », en ignorant qu’Arcelor vient de finaliser une OPA hostile sur Dofasco ? Doit-on aussi dénoncer la situation de Mittal Steel dont la concentration du capital le protège de toute OPA ou constater que les choix financiers d’Arcelor les a mis dans la situation de faiblesse capitalistique où ils sont aujourd’hui en diluant leur capital, si bien, d’ailleurs, qu’on pourrait mettre au défi nos ministres de donner une nationalité à Arcelor ?

En réalité à gauche comme à droite cette polémique fleure bon la xénophobie. L’affaire du plombier Polonais durant la campagne sur le TCE avait déjà été l’occasion pour les xénophobes de tout bord de se « lâcher », au nom de l’intérêt, économique, supérieur de la Nation et de la Patrie. Aujourd’hui, les mêmes montent au créneau car un entrepreneur Indien vient leur donner des leçons d’économie. Une fois de plus derrière le « patriotisme » se cache des corporations qui essayent de nous faire croire que leurs intérêts se confondent avec l’intérêt général.

Les entreprises vient leur vie, Mittal Steel n’est sans doute pas un plus mauvais patron qu’Arcelor, et en tout cas avec son capital familial il échappe aux diktats de la bourse et des « fonds de pension » Américains. Au lien de s’agiter inutilement nos dirigeants feraient sans doute mieux de prendre à bras le corps les problèmes de société que connaît notre pays.

sites&blogs Annuaire politique