Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

vendredi, avril 21, 2006

21 avril 2006

Il y a 4 ans la gauche sortait sonnée du premier tour de la présidentielle. Les uns et les autres ont proposé leurs analyses, la cause est entendue : c'est la division de la gauche qui a conduit à la déroute et à la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour face à Chirac.

Pourtant, la gauche a-t-elle tiré les enseignements du 21 avril? Le parti socialiste a-t-il révisé sa façon de fonctionner et a-t-il créé les conditions d'une union des forces de gauche autour de lui? Je n'en suis pas convaincu, il suffit de voir les difficultés que connaissent ses partenaires à être traités honorablement.

Alors, heureusement, Villepin a servi sur un plateau d'argent un prétexte à toute la gauche pour se retrouver dans un combat commun contre le CPE. Mais cela suffira-t-il à jeter les bases d'un compromis acceptable par tous pour faire gagner la gauche? Là encore, je n'en suis pas convaincu, en effet, le CPE a peut-être masqué les divisions, mais celles-ci sont profondes. D'une part il y a celles et ceux qui ont voté non au referendum et celles et ceux qui ont voté oui, et autant dire que les premiers considèrent aujourd'hui que les seconds sont disqualifiés par le résultat du referendum. Alors, certes, les nonnistes sont certainement majoritaires à gauche, mais ils ne doivent pas oublier qu'ils sont minoritaires en France sans l'extrême droite (avec qui ils n'ont rien de commun). D'autre part, il y a une seconde division, très profonde, qui recouvre plus ou moins la première c'est l'opposition entre celles et ceux qui militent activement pour une gauche "anti-libérale" et "altermondialiste" et celles et ceux qui préfèrent une approche réformiste et qui se sentent plus proche de ce qu'on pourrait appeler une gauche libérale, dans une vision Tocquevillienne du libéralisme (ce qui est le cas des Radicaux).

Les différentes visions, les différentes opinions qui s'expriment à gauche ne sont pas nécessairement insurmontables. Mais pour que tous les acteurs de la gauche s'unissent contre la droite pour gagner en 2007 nous ne pourrons pas faire l'économie d'un vaste débat franc et transparent à gauche. En effet, le compromis acceptable par tous pour revenir au pouvoir et porter une politique progressiste ne sera possible que si les objectifs et les renoncements pour les uns et les autres sont clairs et si personne n'a l'impression d'un contrat de dupes.

La meilleure manière de parvenir à un vaste accord qui permettrait à la gauche de se présenter unie en 2007 c'est donc de mener ce vaste débat en organisant des primaires qui permettraient à toutes les sensibilités de s'exprimer, de hiérarchiser leurs priorités et de négocier, in fine, un accord acceptable par tous, même si dans une négociation, on le sait, c'est toujours donnant donnant, et personne ne peut être totalement satisfait.
Mais ne perdons pas de vue, que si la gauche est incapable de s'unir elle sera écrasée par le rouleau compresseur Sarkozy qui ne lésinera pas sur les moyens pour l'emporter en 2007. Et alors c'est toute la gauche qui sera perdante, et les classes populaires qui seront les premières victimes de l'échec partagé de la gauche.

Alors pour gagner en 2007, signez et faites signez la pétition pour des primaires à gauche.
http://www.petition-primaires-a-gauche.com/

sites&blogs Annuaire politique