Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, mai 30, 2006

L’Union Européenne se donne jusqu’en 2009 pour sortir de l’impasse

Les 25 ont tenu le week-end dernier un conclave dans une abbaye proche de Vienne la capitale autrichienne. Un an après les non français et néerlandais au Traité constitutionnel européen (TCE).

"Pour 2009 au plus tard, nous avons demandé qu'il y ait de la clarté sur notre base juridique". Cette phrase est signée de la ministre autrichienne des Affaires étrangères Ursula Plassnik, dont le pays assume la présidence semestrielle de l'Union Européenne (UE).
Mme Plassnik a pris soin d’évoquer une "base juridique" au lieu de "traité constitutionnel". Le ministre allemand Frank-Walter Steinmeier a d’ailleurs évoqué dimanche matin un éventuel changement d'appellation du traité, pour retirer la référence à une Constitution.
Cependant, au-delà de ce possible changement de nom, les 25 doivent décider s’ils continuent à promouvoir un traité sur lequel ils ont planché durant trois ans. Ou bien, s’ils travaillent sur un autre texte, un an après le net rejet du TCE exprimé lors des référendums français puis néerlandais… En attendant de trancher cette épineuse question, les 25 se sont attachés à montrer qu’ils attendaient répondre aux "préoccupations de nombreux citoyens européens", selon l’expression de Mme Plassnik.
Les 25 pourraient ainsi durcir à l'avenir les conditions d'entrée dans l'UE, en mettant en avant la notion de "capacité d'absorption" de l'Union. Une notion qui sera débattue lors du prochain sommet européen, en juin. Ils ont également discuté ce week-end de la possibilité de rendre plus efficaces les institutions européennes sans sortir du cadre des traités existants, comme le proposent la France et la Commission européenne.
Cependant, malgré les déclarations de bonne intention, l’UE semble bloquée, comme le prouve la décision de prolonger d'un an la "période de réflexion" décrétée en juin 2005 par les ministres des Affaires étrangères européens, et qui devait s'achever le mois prochain. L'Allemagne, qui assumera la présidence de l'UE au premier semestre 2007, s'est engagée à faire en juin 2007 une "proposition substantielle" sur l'avenir du traité constitutionnel, susceptible d'entrer en vigueur d'ici 2009, date des prochaines élections européennes.

sites&blogs Annuaire politique