Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

lundi, juillet 03, 2006

Energies renouvelables : intervention d'Elisabeth Boyer au colloque du 16 juin à Paris-Expo

À l'heure où les programmes commencent à prendre forme, Elisabeth Boyer , secrétaire générale du PRG , a reconnu la place plutôt confidentielle réservée aux ENR dans ces programmes. Nous faisons mea culpa, a-t-elle déclaré d'entrée de jeu. Nous avons effectivement des difficultés à mettre en avant ces questions, alors que nous connaissons l'importance qu'elles occupent dans l'esprit de nos concitoyens et leurs inquiétudes à la fois économiques, mais aussi d'environnement et de qualité de vie ! S'agit-il d'ignorance, d'insouciance, d'imprévoyance, ou d'une réelle difficulté à politiser ce thème des ressources énergétiques ?

Il s'avère naïf de parler d'ignorance, car, depuis la lampe à huile en passant par la maîtrise du feu, du charbon, du pétrole, du nucléaire, etc, les politiques sont conscients que les ressources énergétiques propres à chaque époque rythment et conditionnent le développement économique des sociétés ! Nous savons bien que les énergies disponibles constituent le moteur de tout programme économique, avoue la Secrétaire générale. Et nous cherchons effectivement des alternatives à la raréfaction prévisible des énergies fossiles, notamment en nous tournant vers les professionnels pour recueillir des indications scientifiques.!

Alors l'insouciance ? On ne peut que constater l'irresponsabilité collective à l'échelle de la planète, notamment en matière de consommation énergétique inégale d'un continent à l'autre, et de conséquences au niveau de la pollution atmosphérique. Et si le Protocole de Kyoto de 1997 a sans doute sensibilisé les opinions publiques sur l'effet de serre, il n'a pas véritablement induit des politiques publiques volontaristes, capables de transformer les habitudes et la géographie des consommations énergétiques !

Imprévoyance ? Certainement ! Depuis la prise de conscience de ces questions par la société, il faut toujours autant d'efforts pour changer les comportements et obliger les pays riches à se regarder consommer et combattre les gaspillages. Au fond, notre pouvoir consiste à agir sur les opinions pour les sensibiliser, et à susciter chez les professionnels des solutions scientifiques et technologiques alternatives, suffisamment convaincantes en terme économique pour amener les citoyens à les tester eux-mêmes, a estimé Elisabeth Boyer .

Pour siéger au Conseil régional d'Ile-de-France, Elisabeth Boyer a enchaîné en confirmant qu'il était plus facile d'agir au niveau local. Les solutions énergétiques alternatives ne doivent pas être uniformisées d'un point de vue géographique, a-t-elle précisé. Pour faire progresser la conscience des citoyens, il faut des politiques concrètes qui donnent une lecture différenciée en fonction des atouts des différentes régions. Cela implique aussi la décentralisation d'un certain nombre de moyens financiers ! Nous pensons qu'un grand ministère regroupant l'environnement, l'énergie, les transports et l'aménagement du territoire, permettrait de créer la transversalité indispensable pour créer une cohérence dans toutes ces politiques publiques, a ajouté la Secrétaire générale du PRG .

sites&blogs Annuaire politique