Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

jeudi, juillet 27, 2006

Qui était Cécile BRUNSCHVICG?

Avant de partir en vacances je vous avais parlé de Suzanne Lacorre l'une des trois premières femmes ministre. Je vous propose d'en apprendre un peu plus sur une autre ministre du Front Populaire, Cécile Brunschvicg.
Cécile Brunschvicg est née le 19 juillet 1877 à Enghien-les-Bains et morte le 05 octobre 1946 à Neuilly-sur-Seine. Elle reçoit une éducation bourgeoise, mais elle passe tous les examens proposées aux jeunes filles de son temps, les brevets, et passe clandestinement, pour ne pas mécontenter son père, le brevet supérieur à l’âge de 17 ans. Elle épouse, le 23 mai 1899, Léon Brunschvicg qui eu sur elle une influence déterminante. Il est convaincu que « la condition de la femme et de l’enfant ne seront améliorés que le jour où les Françaises obtiendront leurs droits politiques ». Elle en concluait « C’est cette phrase de mon mari qui a fait de moi ce qu’on est convenu d’appeler une féministe ».
Journaliste, elle est éditorialiste au journal hebdomadaire La Française, c’est une militante des droits des femmes et du progrès social. Dès 1909, elle travaille pour Ferdinand Buisson et réunit autour de lui les associations suffragistes, elle adhère en 1924 au parti radical. Douze ans plus tard, elle entre au ministère de l’éducation nationale le 04 juin 1936 comme sous-secrétaire d’Etat, alors qu’elle n’a pas le droit de vote. A ce poste elle est plus spécialement chargée des questions touchant l’enfance, la scolarité des jeunes filles et leurs conditions d’accès à l’administration. Pendant la durée de ses fonctions ministérielle elle doit faire face aux attaques violentes de la presse d’extrême droite, l’Action Française, Gringoire et Je suis partout, qui dénonce la présence de femmes et de juifs au gouvernement. Elle réussit à faire supprimer l’autorisation maritale pour l’obtention des passeports, en 1937 elle réussit à créer 1700 cantines scolaires. Elle s’occupe aussi de l’orientation professionnelle et de la scolarisation des enfants de mariniers. Elle s’intéresse aussi à l’éducation des enfants handicapés et encourage l’organisation de consultations médico-pédagogiques. Elle participe à la réflexion sur la réforme de la justice des mineurs. Après son passage au gouvernement, elle continue ses activités politiques, en particulier en sollicitant les parlementaires. Elle joue un rôle déterminant dans la modification, en faveur des femmes, du code civil du 12 février 1938.Pendant la guerre elle doit se cacher dans le sud de la France, en 1944 elle revient à Paris et s’installe chez son fils à Neuilly sur Seine où elle reprend ses activités politiques et prépare les élections municipales. En septembre 1946 elle participe au congrès du parti radical en tant que présidente d’honneur du conseil national des femmes radicales socialistes. Elle décède un mois plus tard, le 05 octobre 1946.

sites&blogs Annuaire politique