Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, juillet 04, 2006

Sans papiers : le gouvernement sous pression

Des manifestations en faveur d’une régularisation des parents sans papiers d'enfants scolarisés ont réuni des milliers de personnes à travers la France samedi 1er juillet. Le surlendemain, Nicolas Sarkozy a réaffirmé que "tout le monde ne sera pas régularisé".
Une manifestation, à l'appel du Réseau Education Sans Frontières (RESF) et du Collectif Uni(e)s contre une immigration jetable, a rassemblé entre 7 200 (selon la police) et 50 000 personnes (selon les organisateurs) à Paris pour dire "non aux expulsions" de sans papiers et demander l'abrogation de la loi Sarkozy sur l'immigration. Plusieurs personnalités de gauche et d'extrême-gauche avaient pris place en tête du cortège: Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn (PS), Olivier Besancenot (LCR) et Arlette Laguiller (Lutte ouvrière).A Marseille, entre 500 et 1000 personnes ont également manifesté, alors que les parrainages d'enfants et de leurs familles ont continué à travers la France.
Arno Klarsfeld, nommé médiateur par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, s'est voulu porteur d'un "message d'apaisement à l'adresse des familles". Les critères définissant dans la circulaire du 13 juin les conditions requises pour rester sur le territoire français, sont "souples, larges et généreux", a-t-il ainsi déclaré en soulignant que "primait l'intérêt de l'enfant".
Cependant, Nicolas Sarkozy a réaffirmé lundi que "tout le monde ne sera pas régularisé" car "les régularisations massives n’ont jamais réglé le problème" de l'immigration illégale. "Je n'ai jamais changé de ligne politique sur un sujet extrêmement difficile, a-t-il affirmé. Je veux redire aux Français que s'il y a beaucoup d'enfants de familles sans papiers scolarisés, c'est parce qu'entre 1997 et 2002, les socialistes ont été laxistes et que beaucoup de situations de fait se sont ainsi créées."
Finalement, comme nous y a habitué l'UMP, nous sommes dans le non-droit, une fois de plus les régles ne sont pas claires contrairement aux principes républicains les plus élémentaires. D'ailleurs, le Parti radical, bien que formation associée à l’UMP, a appelé samedi le gouvernement à « abandonner les poursuites contre les parents des enfants scolarisés menacés d’expulsion au nom de la fraternité (...). Nous pensons que ce dossier ne relève pas uniquement de la médiation, mais également d’une décision politique ». Pour sa part, Eddie Aït, conseiller régional PRG d'Ile-de-France, a interpellé Jean-Paul HUCHON sur la situation des enfants, et des jeunes majeurs scolarisés, sans papiers.

Aujourd'hui, refuser l'expulsion des enfants, c'est refuser la remise en cause des droits universels de l'humanité que le ministre de l'intérieur veut nous imposer, c'est Antigone contre Créon.

sites&blogs Annuaire politique