Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

lundi, août 21, 2006

Alain sur France Culture le 27 août

Annonce d'une émission de l'Union rationaliste:
France-culture, Dimanche 27 août 2006 à 9h40,
Entretien avec Thierry Leterre
"Alain. Le premier intellectuel" et le rationalisme.

Alain est considéré, avec Léon Bourgeois et Ferdinand Buisson comme l'un des penseurs du radicalisme. Toutefois contrairement à Léon Bourgeois et Ferdinand Buisson il entretenait peu de relations avec le parti radical-socialiste. Il fut quand même l'auteur de deux ouvrages fondamentaux :
Alain, Eléments d’une doctrine radicale, Gallimard, 1925.
Alain, Le Citoyen contre les pouvoirs, Kra, 1926.
Il développe dans son oeuvre un radicalisme défensif, il est essentiellement « contre » : contre l’Etat, contre l’Eglise, contre l’administration, contre les militaires, contre les académies, contre la guerre, contre les pouvoirs. Surtout, il est convaincu que le pouvoir corrompt d’où la nécessité pour le citoyen d’exercer avec vigilance une fonction de « contrôle » sur le pouvoir : « Où est donc la Démocratie, sinon dans ce troisième pouvoir que la Science Politique n’a point défini, et que j’appelle le Contrôleur ? Ce n’est autre chose que le pouvoir, continuellement efficace, de déposer les Rois et les Spécialistes à la minute, s’ils ne conduisent pas les affaires selon l’intérêt du plus grand nombre. Ce pouvoir s’est longtemps exercé par révolution et barricades. Aujourd’hui, c’est par l’Interpellation qu’il s’exerce. La Démocratie serait, à ce compte, un effort perpétuel des gouvernés contre les abus du pouvoir.[1] » La politique est donc conçue pour Alain, comme un système permanent de contrôles, contrôle de l’électeur sur l’élu, de l’élu sur le gouvernement, du gouvernement sur le président du Conseil. Alain peut ainsi ajouter : « Le combisme n’est pas autre chose que l’action permanente de l’électeur sur l’élu »[2]. Le citoyen doit donc à la fois obéir pour assurer l’ordre et résister pour préserver la liberté : « L'ingratitude envers les grands hommes est la marque des peuples forts, idée de politique pratique : la liberté reste le premier des biens, la sévérité critique est la pre­mière vertu civique : il ne faut subir aucun prestige, ne pas croire non plus que le succès répond de la valeur, ni le passé de l'avenir[3]. »
Alain ne croit pas à l’intervention de l’Etat en matière économique, face à la gauche Marxiste qui promeut la collectivisation et fait appel au collectif et à l’Etat, il défend l’individualisme et la propriété privée. L’idéal économique radical ce sont des propriétaires qui travaillent et des travailleurs qui possèdent. La petite propriété est une garantie d’indépendance et de liberté, et ne peut donc être remise en question : « Chacun sent qu’il faudrait revenir à la propriété individuelle mesurée à la dimension de l’homme, pour restaurer la production, l’échange et même la monnaie. » Il déteste l’importance croissante des dirigeants d’entreprise et des directeurs salariés qu’il assimile à des fonctionnaires du capitalisme.
On aura bien noté au passage comment internet, et en particulier les blogs donnent un écho particulier à l'idée du Contrôleur!
[1] Alain, Eléments d’une doctrine radicale, Gallimard, 1925.
[2] Alain, Le Citoyen contre les pouvoirs, Kra, 1926.
[3] Idem.

sites&blogs Annuaire politique