Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, octobre 31, 2006

Mme Royal reprend la proposition du PRG


Mme Royal reprend la proposition du PRG
envoyé par Lalmy

Interview de Ségolène Royal dans les 4 Vérités au cours de laquelle elle reprend la proposition du PRG d'un plan de 5 ans pour les banlieues.



Banlieues: le Parti radical de gauche demande de débloquer "100 mds d'euros sur 5 ans"

Le parti radical de gauche (PRG) a estimé dimanche qu'il faudrait consacrer "100 milliards d'euros sur cinq ans" à "un grand programme d'intégration républicaine nécessaire à la reconstitution du lien social" dans les banlieues.

Dans un communiqué, le PRG, qui juge "révoltant" l'incendie volontaire d'un bus à Marseille au cours duquel une jeune femme a été grièvement brûlée, considère que "surveiller et punir" ne "sont pas à elles seules les réponses qui mettront la France à l'abri des flambées de violence qui l'assaillent".

"Révoltants, les incendies de bus ou d'écoles maternelles sont aussi les témoignages d'une brisure sociale à l'ampleur désormais tragique, appelant une véritable mobilisation républicaine", ajoute le porte-parole du PRG, Bernard Castagnède.

Pour le PRG, "le temps n'est plus à l'instillation de quelques améliorations dans les moyens", car "la République est en danger". Il préconise donc de consacrer "100 milliards d'euros sur cinq ans (...) pour financer par l'impôt le grand programme d'intégration républicaine nécessaire à la reconstitution du lien social".

Libellés :

lundi, octobre 30, 2006

Théatre débat ce soir


Le CCQ des Hauts de Cergy organise ce soir un théatre débat autour de la pièce Gadjo au pays des gitans. L'entrée est libre, venez nombreux.


Libellés :

Prix Jean Zay

Parmi mes nombreuses activités je suis aussi membre d'un jury littéraire, le prix Jean Zay. Le Prix Jean Zay a pour objet de récompenser un livre consacré aux thèmes de la laïcité et des valeurs républicaines. Il a été créé à l’occasion des célébrations du centenaire de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905.

Le Jury du Prix Jean ZAY s’est réuni le mercredi 18 octobre pour établir la liste des ouvrages finalistes. A l’issue de ses délibérations, il a retenu les ouvrages suivants :

L’Avenir nous appartient, une histoire du Front Populaire

de Michel Margairaz et Danielle Tartakowky

Editions Larousse.

Actualité de la Démocratie Athénienne

De Jacqueline de Romilly

Editions Bourin.

La Contre Démocratie

Par Pierre Rosanvallon

Le Seuil.

La Tentation Obscurantiste

Par Caroline Fourest

Editions Grasset.

Violence et Révolution, essai sur la naissance d’un mythe national

De Jean-Clément Martin

Le Seuil, Univers Historique.

Léon Blum

Par Serge Berstein

Editions Fayard.

L’édition 2006 du Prix Jean ZAY sera décernée le jeudi 7 décembre, à 13 heures, au Café Procope.

Rappelons que le Prix Jean ZAY 2005 avait été attribué à :

Gérard UNGER pour son ouvrage

Aristide Briand, le Ferme Conciliateur aux Editions Fayard.

Jury du Prix Jean ZAY

Président d’Honneur : Jean Michel BAYLET, Président du Parti Radical de Gauche

Présidente : Nine MOATI (Ecrivain et journaliste).

Membres :

· M. Alain BAUER (Criminologue, ancien Grand Maître du Grand Orient de France).

· M. Philippe BESSON (Ecrivain).

· Mme Claudette BRUNET-LECHENAULT (Vice-Présidente du Conseil Général de Saône et Loire, vice-présidente du PRG).

· M. Gérard DELFAU (Sénateur de l’Hérault, vice-Président du PRG).

· Mme Joëlle DUSSEAU (Inspectrice Générale de l’Education nationale, Sénatrice honoraire de Gironde).

· Mme Marie-Paule HERVIEU-DHAILLE (Professeur agrégé d’histoire – géographie).

· M. Pascal-Eric LALMY (Professeur d’histoire – géographie, essayiste, membre du Secrétariat national du PRG).

· M. Frédéric NAUD (Avocat).

· M. Patricia MAMET (Journaliste).

· M. Antoine PROST (Professeur d’Histoire à l’Université Paris 1).

· Mme Yvette ROUDY (Ancienne Ministre des Droits de la femme).

· M. Jacques SOPPELSA (Président honoraire de l’Université Paris 1).

· M. Jean Pierre SUEUR (Sénateur du Loiret).

· M. Antoine VEIL (Haut Fonctionnaire, Homme politique, Administrateur de sociétés et Ecrivain).

· M. Charles ZORGBIBE (Professeur de Sciences Politiques à l’Université Paris 1).

Libellés :

dimanche, octobre 29, 2006

Calendrier électoral

Voici mon 600e billet sur ce blog, en presque deux années autant dire que je vous ai proposé à peu de choses près un message par jour, c'est plutôt une bonne moyenne.
Ce 600e message aborde un sujet crucial pour un blog "politique", le calendrier électoral.

Le Conseil des ministres réuni mardi 24 octobre a fixé le calendrier des élections présidentielle et législatives de 2007. C’est ce qu’a annoncé mardi le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy en Conseil des ministres, ajoutant que ces dates permettraient «d’éviter toute interférence entre l’organisation des scrutins présidentiel et législatif».

L'élection présidentielle aura lieu les dimanches 22 avril et 6 mai 2007.

Les élections législatives auront lieu les dimanches 10 et 17 juin 2007.

On aura noté au passage que le 22 avril, premier tour de l'élection présidentielle, correspond à la fin des vacances scolaires pour la zone C (Bordeaux, Créteil, Paris, Versailles) et au milieu de celles-ci pour la zone B (Aix-Marseille, Amiens, Besançon, Dijon, Lille, Limoges, Nice, Orléans-Tours, Poitiers, Reims, Rouen, Strasbourg).

On peut se faire une idée de l'impact du choix de cette date en croisant les cartes des zones de vacances avec celles des résultats du 1er tour de 2002.






Libellés :

samedi, octobre 28, 2006

Environnement : le WWF tire la sonnette d’alarme

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) assure que l'humanité consommera en 2050 l'équivalent des ressources annuelles de deux planètes comme la Terre.

Le WWF a publié mardi 24 octobre son rapport bisannuel sur l'empreinte écologique de l'homme sur son environnement. Autrement dit, la mesure de la pression qu'exerce l'homme sur la nature, calculée en évaluant la surface productive nécessaire pour répondre à sa consommation de ressources et pour absorber ses déchets.

L’organisation écologique a établi un peu enviable classement mondial dominé par les Émirats arabes Unis devant, dans l’ordre, les États-Unis, la Finlande, le Canada, le Koweït, l'Australie, l'Estonie, la Suède, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Danemark et la France.

Selon le WWF, "sur la base des projections actuelles, l'humanité utilisera (l'équivalent de) deux planètes en termes de ressources naturelles d'ici à 2050." L'excès de consommation par rapport à la régénération des ressources atteignait 25% en 2003 contre 21% en 2001. La Terre a donc mis un an et trois mois à produire ce que les activités humaines ont consommé durant l'année 2003.

Pour l’organisation écologiste, l’empreinte de l'humanité a commencé à dépasser les ressources naturelles à partir des années 1980 et a été multiplié par trois entre 1961 et 2003. En 2003, elle représentait 2,2 hectares par habitant, alors que la Terre ne peut offrir que 1,8 ha par tête, selon le rapport.

Le directeur général de la WWF James Leape estime que "nous sommes gravement à découvert sur le plan écologique" et appelle à faire rapidement "des choix vitaux" pour l'avenir de la planète. Première visée : la consommation de combustibles polluants (pétrole, gaz et charbon), qui a été multipliée par neuf entre 1961 et 2003.

Libellés :

vendredi, octobre 27, 2006

Villepin nous enfume pour masquer ses échecs !

La conférence de presse du Premier Ministre le 26/10 à Cergy avait quelque chose d’un tantinet surréaliste, tant au niveau local qu’au niveau national.

En effet, il est pour le moins étonnant d’apprendre que le gouvernement agit pour les banlieues quand dans le même temps l’Etat se désengage à Cergy et ne tient pas ses engagements.

Le Premier Ministre a prôné une politique de présence quotidienne de la police. Or les postes de police de quartier,financés par la ville de Cergy, sont sous employés par la police nationale faute de moyens. On pourrait ajouter que le désengagement financier de l’Etat concernant la politique de jeunesse menace l’existence même du Centre Information Jeunesse de Cergy.

Au niveau national on peut s’étonner que le Premier Ministre découvre les vertu de l’éducation à l’orientation quand dans le même temps son gouvernement a entrepris de liquider le service public d’orientation en ne remplaçant qu’un conseiller d’orientation-psychologue sur 4 dès l’an prochain.

Une fois de plus le Premier Ministre a conduit des manœuvres d’enfumage pour masquer son échec !

Libellés : ,

débat sur l'énergie

Retrouvez les interventions des sénateurs PRG/RDSE sur le site du
Sénat

Interventions de M. Jean-Michel BAYLET (jeudi 19 octobre 2006)
http://www.senat.fr/senint/baylet_jean_michel86010v_seance20061019.html


Interventions de M. Nicolas ALFONSI (mercredi 25 octobre 2006)
http://www.senat.fr/senint/alfonsi_nicolas01065w_seance20061025.html


Interventions de M. François FORTASSIN (mercredi 25 octobre 2006)
http://www.senat.fr/senint/fortassin_francois01003g_seance20061025.html

Pour en savoir plus sur le groupe RDSE :
le blog
le site

Au sujet du groupe RDSE :
Au Sénat, droite et gauche dans un même groupe !
Petites chroniques sur le Parlement français.
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=14904

Revue de presse
Privatisation de Gaz de France adoptée au Sénat
http://www.batiactu.com/data/26102006/26102006-120510.html

Le Sénat adopte à son tour le texte privatisant GDF
Challenges.fr | 25.10.2006 | 18:42
http://challengestempsreel.nouvelobs.com/france/arti_73703_37326.html

La privatisation d'EDF-GDF approuvée par le Sénat
http://www.culturefemme.com/actualites/detail.php?id=3397

Libellés : ,

jeudi, octobre 26, 2006

Planète radicale n°32

Retrouvez la revue de blog PRG sur le site de l'actu radicale

http://actulive.canalblog.com/archives/2006/10/25/2998456.html

Retrouvez aussi l'ensemble des blogs PRG à l'adresse suivante :
http://actulive.canalblog.com/archives/2006/09/11/2655723.html


Libellés : ,

mercredi, octobre 25, 2006

Législatives : le bureau national du PS ratifie l'accord avec le PRG

PARIS, 23 oct 2006 (AFP) - Le bureau national du PS a ratifié mardi l'accord programmatique et électoral conclu la semaine dernière avec le Parti radical de gauche (PRG) en vue des élections présidentielle et législatives, a indiqué le porte-parole du PS Julien Dray. Le volet programmatique a été approuvé "à l'unanimité" et le volet électoral "à l'unanimité moins une voix", celle d'un représentant du Var, département dans lequel une circonscription a été réservée au PRG par l'accord, a précisé M. Dray. Devant le bureau national, le premier secrétaire François Hollande "a beaucoup insisté sur le signe important donné à l'ensemble de la gauche" par l'accord bipartite "et qui "tranche avec la situation de 2002", où le PRG avait présenté Christiane Taubira face à Lionel Jospin, a rapporté le porte-parole. Cet accord "va avoir forcément des conséquences sur l'état d'esprit de la gauche" dans la préparation des échéances de 2007, a ajouté M. Hollande, selon M. Dray. Le numéro un socialiste a notamment "salué la responsabilité et l'engagement du président du PRG Jean-Michel Baylet" en faveur de cet accord. L'accord réserve 36 circonscriptions aux radicaux de gauche pour les législatives de 2007, en échange du soutien au candidat socialiste à la présidentielle. La désignation de ce candidat fera l'objet, a précisé Julien Dray, "d'une ratification commune" par les représentants des deux partis. Un congrès d'investiture a été prévu, il y a plusieurs mois, le 26 novembre. Par ailleurs, selon le porte-parole, les listes électorales en vue de la désignation par les membres du PS du candidat socialiste à la présidentielle le 16 novembre ont été "validées" pour presque toutes les fédérations départementales. Reste à régler le cas de trois fédérations, a-t-il dit.

Libellés : , ,

mardi, octobre 24, 2006

Le PRG ne présentera pas de candidat à l’élection présidentielle

Le PRG a décidé lors d’un congrès extraordinaire réuni à Paris les samedi 21 et dimanche 22 octobre de soutenir dès le premier tour le candidat socialiste lors de ce scrutin.

Il n’y aura donc pas de candidat radical au premier tour de l’élection présidentielle, comme cela avait pu être le cas en 2002. Christiane Taubira avait alors obtenu 2,32% des voix au premier tour. La députée de Guyane souhaitait de nouveau représenter le parti en 2007. Mais elle n’a obtenu le soutien que de 30% des congressistes, dont les jeunes radicaux.
Mme Taubira a indiqué que sa présence lors du dernier scrutin n’était pas du tout responsable de la non-qualification de Lionel Jospin au 2e tour. Selon ses partisans, 80% de ses électeurs n’auraient de toutes manières pas voté pour le candidat socialiste.Finalement, à l’issue de débats parfois tendus, le PRG a préféré l’union. En échange de celle-ci, M. Baylet a avancé l'accord conclu jeudi avec le Parti socialiste, qui promet 36 circonscriptions réservées aux radicaux pour les législatives. Le PRG compte actuellement neuf députés. Pour autant, le PRG n'a pas renoncé à présenter des candidats aux élections législatives dans les départements où aucun n'accord n'a pu être trouvé avec le PS et où les situations locales le justifient.
Certains congressistes auraient souhaité attendre la désignation du candidat du PS avant de décidé ce ralliement. Les militants socialistes doivent le choisir le 16 novembre. Laurent Fabius, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn sont en lice. Mais Jean-Michel Baylet s'est refusé à attendre qu'il soit choisi pour que le PRG prenne position. "Lorsque vous vous réveillerez de vos manoeuvres d'enfumement, il sera trop tard !", a-t-il déclaré.

Libellés : ,

samedi, octobre 21, 2006

Congres extraordinaire du PRG


Congres extraordinaire du PRG
Vidéo envoyée par Lalmy
Devant les 400 congressistes, le président du parti Jean-Michel Baylet a lancé un ppel à "l'unité" pour faire gagner la gauche, rappelant le "triste souvenir" du 21 avril 2002.
Aux opposants à sa candidature qui lui rappellent sans cesse l'échec du 21 avril 2002, Christiane Taubira a reproché d'exonérer "le principal responsable", le PS, "de toute évaluation critique de sa campagne". Elle a affirmé que "80%" de son électorat n'aurait "de toute façon pas voté pour Lionel Jospin".

Libellés : ,

Le PRG décide de sa stratégie électorale pour 2007



Le congrès extraordinaire du PRG se tient le samedi 21 et dimanche 22 octobre à Paris.

Ce congrès, qui se déroule dans la salle Equinoxe, dans le quinzième arrondissement de Paris, doit définir la stratégie du parti dans l’optique de l’élection présidentielle de 2007.

Avant ce congrès, le PRG et le PS sont parvenus jeudi à un accord qui devrait porter sur 35 circonscriptions réservées aux radicaux de gauche lors des élections législatives. A l’issue de cette réunion, Jean-Michel Baylet et François Hollande ont tenu une conférence de presse commune.

Le président du PRG est conscient que "deux lignes politiques vont s'affronter" durant le congrès du parti : "soit le rassemblement dès le premier tour (de la présidentielle), que je considère être la condition de la victoire, fondée sur de bons accords législatifs, soit la dispersion, comme en 2002, avec les dangers que l'on sait."

M. Baylet , qui fait "le pari de l'intelligence", a indiqué qu’il allait proposer "une ligne de rassemblement dès le premier tour". "J'essaie de créer les conditions d'un rassemblement, force est de constater qu'il est indispensable", pour "battre la droite et battre Nicolas Sarkozy, pour qu'il ne soit jamais président de la République", a-t-il précisé. Il suggère qu'après la désignation du candidat PS, le 16 ou le 23 novembre, le PRG décide d'une "procédure" pour "ensemble nous mettre d'accord".

La députée de Guyane Christiane Taubira, selon laquelle tout parti a "vocation" à être présent à l'élection présidentielle, souhaite quant à elle se présenter comme en 2002, lorsqu’elle avait obtenu 2,32% des voix au premier tour. Mme Taubira est soutenue par plusieurs fédérations, dont celle de la Seine-Saint-Denis. Elle a récemment parcouru la France pour expliquer sa candidature qui "n'est pas un caprice" et "relève d'un choix politique en responsabilité" pour apporter de "vraies réponses de gauche".

Revue de presse

Libellés : , ,

vendredi, octobre 20, 2006

Libérons la République

J'ai retrouvé une affiche du parti républicain radical et radical socialiste en cherchant une illustration pour la couverture de mon prochain livre sur le Front populaire.
La droite la plus dure, emmenée par Sarkozy et ses sbires, multiplie les attaques contre les principes républicains et l'Etat de droit.
On doit bien se rendre à l'évidence la République est à nouveau l'otage de la droite comme il y a 70 ans. La seule différence c'est que dans le rôle de Laval on a Sarkozy.
Une nouvelle fois la gauche doit défendre la République et pour cela elle devra trouver les moyens d'un accord le plus large possible.


Libellés : , ,

Maman blogueuse versus Nissan


Maman blogueuse versus Nissan
LEMONDE.FR | 19.10.06

© Le Monde.fr

Libellés :

jeudi, octobre 19, 2006

Les liaisons dangereuses de Nicolas Sarkozy

Julia, conseiller de Sarkozy

Didier Julia, le député UMP de Seine-et-Marne, qui était intervenu de manière intempestive pour faire libérer les otages Chesnot et Malbrunot, n'a jamais comparu devant une commission du groupe UMP comme cela avait été décidé. Et pour cause ! Il travaille pour Sarkozy sur les dossiers concernant le Proche-Orient.

soucre La dépêche du Midi

Libellés : ,

mercredi, octobre 18, 2006

Jean-Michel Baylet aux 4 vérités


Jean-Michel Baylet aux 4 vérités
Vidéo envoyée par Lalmy
Interview de Jean-Michel Baylet président du PRG dans l'émission les 4 vérités au sujet des présidentielles et des invesitures pour 2007.

Libellés : , ,

mardi, octobre 17, 2006

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

En France, une femme sur dix est victime de violences au sein de son couple, et une femme meure tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou de son ex-conjoint. L'Ile-de-France est particulièrement concernée puisque la situation des femmes y est spécifique : les violences sont plus fréquentes sur le territoire francilien que sur le reste du territoire français.Dans le cadre de cette journée, le Conseil régional souhaite poursuivre son engagement dans la lutte contre ces violences, en dirigeant son action sur deux thématiques indispensables à la reprise d'autonomie des femmes :

- le logement

- l'accompagnement social

Ainsi, la Région organise un colloque autour de ce thème, avec les acteurs et actrices concerné/es le :

- vendredi 24 novembre 2006 après-midi (salle Paul Delouvrier, Conseil régional Ile-de-France - 63 rue de Babylone - Paris 7è)

Cet évènement se déroulera autour de deux tables rondes :

1. Les violences envers les femmes en Ile-de-France : un point sur l'existant, quelles problématiques et quelles solutions ?

2. L'engagement de la Région : quelles actions possibles ?

Un cocktail clôturera cette journée.

Eddie AIT

Conseiller Régional d'Ile de France

Membre du Bureau National de Élus Locaux contre les Violences faites aux femmes

Libellés : ,

lundi, octobre 16, 2006

"Indigènes" B. STORA (2)


"Indigènes" B. STORA (2)
Vidéo envoyée par Jeanluccarl
L'histoirien Benjamin STORA donne son point de vue sur le film de Rachid BOUCHAREB en présence d'Olivier LORELLE scénariste. (Suite du débat).

Libellés :

"Indigènes" point de vue de B. STORA


"Indigènes" point de vue de B. STORA
Vidéo envoyée par Jeanluccarl
Le point de vue de Benjamin STORA sur le film "indigènes" de Rachid BOUCHAREB. En présence de d'Olivier LORELLE; scénariste du film. Débats du 12 octobre 2006 à Blois lors des 9e "rendez-vous de l'histoire".

Libellés :

Village sécurité routière

Le 18 octobre prochain aura lieu, sur le parvis de la Préfecture, le Village Sécurité Routière.
Nous vous attendons sur le stand de la ville de Cergy entre 10h et 13h. De nombreuses animations sont prévues.

Challenge étudiant sécurité routière

Le challenge étudiant sécurité routière se deroule le 18 octobre sur le Parvis de la Préfecture. Au programme : village sécurité routière avec divers animations (voiture tonneau, simulateur de conduite, etc.), table ronde à l’ESSEC sur le thème "la sécurité routière dans l’aggomération", Challenge étudiant sur le parvis de la Préfecture et clôture du challenge à l’UCP à partir de 18 heures dans l’amphi Larousse, Chênes 2.

Libellés :

dimanche, octobre 15, 2006

Rendez-vous de l'histoire

J'ai passé le w/e à Blois pour profiter des "9e rendez-vous de l'histoire" . Comme chaque années les débats étaient très intéressants.

Les radicaux de gauche avaient organisé une conférence sur Jean Zay le ministre de l'éducation du Front Populaire. La conférence était animée par Joelle Dusseau et Jean Pierre Sueur.


Libellés : ,

vendredi, octobre 13, 2006

Mon nouveau livre sur les radicaux et le front populaire

Pascal-Eric Lalmy,
« LE PARTI RADICAL-SOCIALISTE
ET LE FRONT POPULAIRE, 1934-1938 »

SOUSCRIPTION
Ouvrage à paraître au printemps 2007


Il y a 70 ans le Front populaire accédait au pouvoir. Cette expérience politique a profondément marqué l’imaginaire collectif des Français, mais le rôle du parti radical-socialiste dans l’élaboration puis dans l’expérience du Front populaire est méconnu.

Pourtant, l’originalité du Front Populaire en France a résidé dans ce qu’il a été plus vaste qu’une simple alliance des socialistes et des communistes. D’ailleurs, Edouard Daladier esquissait en juin 1935 à la Mutualité les contours du programme de Front populaire tel que les radicaux le conçoivent en déclarant : « Si ma présence a un sens, c’est le suivant : il s’agit d’un accord fraternel dans la bataille républicaine entre classes moyennes et prolétariat. »

L’ouvrage, le Parti radical-socialiste et le Front populaire, propose une mise au point sur les relations du parti radical-socialiste avec le reste de la gauche dans les années 1930 et sur les débats qui ont traversé le radicalisme au moment du Front populaire.

L’auteur, Pascal-Eric LALMY, est professeur d’histoire-géographie et secrétaire national du Parti Radical de Gauche. Il a publié en 2006 un ouvrage sur la laïcité, la Laïcité face aux défis du XXIe siècle (éd. Mare & Martin), à l’occasion du centenaire de la loi de 1905.

imprimez le bon ci-dessous et adressez le à l'éditeur
--------------------------------------------------------------------------------------

SOUSCRIPTION à renvoyer rapidement à :

Editions Mare & Martin
11, Rue Martel
75010 Paris

le Parti radical-socialiste et le front populaire, 1934-1938

Je souhaite réserver ____ exemplaire(s) du livre le Parti radical-socialiste et le front populaire, 1934-1938 au prix spécial de 15€ (prix public 19€) (parution premier trimestre 2007).

Je joins un chèque de ________ euros à l’ordre des Editions Mare & Martin.

Nom :………………………………………………
Prénom : …………………………………………...
Adresse :…………………………………………...
……………………………………………………..
……………………………………………………..
……………………………………………………..

Libellés : ,

Génocide arménien : les députés français provoquent la colère turque

L’Assemblée nationale a adopté jeudi 12 octobre la proposition de loi socialiste rendant passible de prison la négation du génocide arménien. La Turquie a vivement réagi à ce vote, également critiqué par la Commission européenne.

La proposition de loi punit d'un an de prison et de 45 000 euros d'amende la négation du génocide arménien. Elle complète la loi de 2001 reconnaissant le génocide de 1915, que la Turquie réfute catégoriquement. Cette proposition de loi a été adoptée à une large majorité par 106 voix pour et 19 contre, tous groupes politiques confondus, mais seuls 129 députés sur 577 ont participé au vote.

Proposée par le PS, la loi a été défendue énergiquement par Patrick Devedjian (UMP) alors que des personnalités socialistes comme Jack Lang et Henri Emmanuelli, absentes lors du vote, ont regretté son adoption. Selon certains politiques et de nombreux historiens, l’Assemblée nationale n’a pas vocation à écrire l’Histoire. De plus, certains observateurs soupçonnent une ambition électoraliste, la communauté arménienne représentant environ 500 000 personnes en France.

Emile Zuccarelli est intervenu dans le débat :
M. Émile Zuccarelli – Les députés non-inscrits n’ayant, une nouvelle fois, pas pu bénéficier des cinq minutes de droit lors de la discussion générale, je suis contraint de m’inscrire sur l’article pour m’exprimer.

M. Guy Teissier - Il faut choisir votre camp !

M. Émile Zuccarelli - Rien ne serait pire pour notre Assemblée que de se livrer à une compétition compassionnelle envers les Arméniens de France. La reconnaissance du génocide arménien est naturellement indispensable. À quoi devrait–elle servir ? Avant tout à créer une obligation de solidarité, voire à subordonner la conclusion d’accords avec la Turquie à sa propre reconnaissance du génocide. Voilà qui aurait de la gueule ! Pourtant, nous préférons réduire le débat à la condamnation du négationnisme.
J’étais déjà réticent à stigmatiser la négation de la Shoah. Entendons-nous bien : les négationnistes sont de dangereux imbéciles, des salopards même. Cependant, n’est-il pas également dangereux de sanctionner un désaccord avec une vérité officielle ? Naturellement, l’apologie est passible de poursuites, car c’est un appel à la violence, mais le rapport de cette proposition de loi fait un amalgame entre apologie et négation qui me fait froid dans le dos. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP)

La Turquie, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, a regretté le "coup dur" porté aux relations franco-turques. Avant le vote, elle avait averti que cela pouvait porter préjudice aux relations entre les deux pays, notamment sur le plan économique.

Pour sa part, la Commission européenne a estimé que le vote "empêcherait le dialogue pour la réconciliation" entre la Turquie et l'Arménie. Bruxelles craint aussi que cet événement complique encore un peu plus les relations entre Ankara et l’Union Européenne, dans la perspective d’une future adhésion de la Turquie à l’UE.

Le gouvernement français s’est montré embarrassé. Ainsi, le Premier ministre Dominique de Villepin, en visite en Guadeloupe, a déclaré que ce n'était "pas une bonne chose que de légiférer sur les questions d'histoire et de mémoire". De son côté, la ministre des Affaires européennes Catherine Colonna a expliqué qu'elle n' était "pas favorable" à la loi, et a affirmé son attachement "à la qualité des relations" avec la Turquie.

Malgré son adoption par l’Assemblée nationale, la proposition est encore loin d'avoir achevé son parcours parlementaire. Elle doit à présent être inscrite à l'ordre du jour du Sénat avant d'être éventuellement soumise à une deuxième lecture des députés et adoptée définitivement. Si jamais le texte devait être rejeté, François Hollande a promis de le reprendre en cas de victoire de son parti aux élections de 2007.

Libellés :

mercredi, octobre 11, 2006

L'intérêt général n'est pas la somme des intérêts particuliers


Le député de la 2e circonscription du Val d'Oise ne semble pas savoir que l'intérêt général n'est pas la somme des intérêts particuliers.
L'interdiction de la cigarette n'est pas du goût d'Axel Poniatowski qui redoute la grogne des cafetiers et restaurateurs dans sa circonscription. Le journal le Figaro indique qu'il partage le sentiment du député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Mallié, qui pense que «ce laps de temps (1 an) n'est pas assez long pour créer des équipements agréés pour les fumoirs».
Or si nous en sommes arrivés à la situation actuelle et si le législateur est obligé de légiférer c'est bien parce que les lobbies du tabac ont tout fait pour nous empêcher d'avancer sur ce dossier sanitaire depuis de nombreuses années.
Il est utile de rappeler qu'en France, le tabagisme passif tue 13 personnes par jour. L'interdiction de fumer dans les lieux publics est une mesure de santé publique indispensable.
Il est sans doujte nécessaire de trouver des solutions pour aider certaines professions à s'adapter à cette évolution, mais il serait criminel de retarder l'interdiction.

Libellés : ,

750 000 euros sur trois ans pour le rattrapage salarial des femmes chez Axa


Libellés :

mardi, octobre 10, 2006

25 ANS SANS GUILLOTINE

Il y a vingt-cinq ans, la France en finissait avec une justice qui tue

et abolissait enfin la peine de mort.

Il y a vingt-cinq ans, Robert BADINTER, Raymond FORNI obtenaient

et à travers eux, tous ceux qui avaient travaillé pour réaliser

ce qu'Hugo et Jaurès qualifiaient de « plus haut et plus noble ».

A l'initiative de la Ligue des Droits de l'Homme

et d'Ensemble Contre La Peine de Mort,

Jeudi 12 octobre 2006 à 20h00,

Espace Nelson Mandela,

82 boulevard du Général Leclerc à Argenteuil.




Réunion Débat

en présence de :

Raymond FORNI,

rapporteur de la loi en 1981,

Président du Conseil Régional de Franche-Comté,

Marie-Agnès COMBESQUE

Responsable du groupe de travail Peine de mort LDH national

Serge LE CALVEZ,

Bureau national de la Ligue des Droits de l'Homme,

Michel TAUBE,

Porte-parole d'Ensemble Contre La Peine de Mort,

Chantal JUGLARD,

Comité Val d'Oise d'Ensemble Contre La Peine de Mort,

conseillère municipale d'Argenteuil,

Alain KABULO,

Président de section Ligue des Droits de l'Homme Argenteuil -Bezons

Libellés : , ,

lundi, octobre 09, 2006

Mme Taubira confirme qu'elle est candidate à l'investiture PRG pour 2007

PARIS (AFP) Lundi 9 Octobre 20 h19 - Christiane Taubira, députée PRG de Guyane, a confirmé lundi qu'elle était candidate à l'investiture de son parti pour la présidentielle de 2007, à moins de deux semaines du Congrès extraordinaire du PRG qui doit en décider.
Mme Taubira, qui avait annoncé sa candidature en juillet, a récusé les informations de presse selon lesquelles elle renonçait: "Cette candidature n'est pas un caprice", elle "relève d'un choix politique en responsabilité face à une situation sociale, économique, institutionnelle très dégradée", a-t-elle affirmé dans un communiqué.
"Cette situation exige des réponses plus élaborées que les slogans et raccourcis jusqu'ici énoncées à droite et à gauche", selon elle.
"Il faut arriver à peser sur le débat présidentiel pour apporter de vraies réponses de gauche", a précisé Mme Taubira à l'AFP.
Pour la députée, "le PRG a donné au PS la mauvaise habitude d'obéir au doigt et à l'oeil en échange d'accords électoraux", et les "réunions programmatiques" organisées entre les deux partis en vue de 2007 "n'ont eu aucun aboutissement".
Le PS tente de dissuader les radicaux de gauche de présenter un candidat et a négocié des accords législatifs avec eux. Mais "une poignée de circonscriptions improbables ou quelque autre paiement en promesses électorales ne peuvent acheter une conscience qui n'est pas à vendre", souligne Mme Taubira.
Selon elle, ce type de "manoeuvres" qui déplacent les débats politiques entre partis vers des "combines de boutiquiers" conduit à "la désaffection civique" et favorise "l'abstention" plutôt que le vote utile en faveur du candidat de la gauche.
"Les militants et les élus radicaux sont excédés d'être traités avec mépris, d'être pris pour des ramasse-miettes, de supporter des ricanements de ceux qui croient qu'ils marchandent leurs engagements laïcs pour un plat de lentilles", insiste la députée.
Mme Taubira a récusé une nouvelle fois l'argument selon lequel la multiplicité des candidatures en 2002, dont la sienne (2,3%) ait été la cause de l'élimination de Lional Jospin au premier tour de l'élection présidentielle de 2002.
Les délégués au Congrès extraordinaire du PRG, les 21 et 22 octobre à Paris, doivent décider de la stratégie présidentielle. Pour l'heure, Mme Taubira est seule candidate à l'investiture.

Libellés : ,

NON A LA PRIVATISATION DE GDF

Appel unitaire des partis de gauche en soutien aux manifestations du 14 octobre

« L'énergie n'est pas une marchandise comme une autre. Elle est aussi bien essentielle pour la vie humaine en ce qu'elle est indispensable à tous les gestes de la vie courante que pour la vie économique qui en dépend. L'énergie doit être soustraite à la logique de marché. Seul un grand service public de l’énergie sera un outil efficace pour répondre à la nécessité d’une politique de développement socialement et écologiquement utile.
Alors que nous rentrons dans la société post-pétrolière la question de notre indépendance énergétique est un débat d’actualité. Pour faire face à ce défi la maîtrise publique de la politique énergétique est incontournable.
Or, au mépris de leurs propres promesses, le gouvernement de droite et Nicolas Sarkozy viennent de faire voter le projet de loi de privatisation de GDF à l'Assemblée nationale au détriment du débat démocratique, de l'intérêt général de nos concitoyens et de notre indépendance énergétique.
Toute la gauche rassemblée a voté contre ce projet socialement nocif, économiquement destructeur et écologiquement dangereux. Le groupe UDF dans sa quasi-totalité et des députés UMP ont également voté contre. On le voit le débat est loin d’être clos. Le combat continue. Le texte est désormais au Sénat.
Il nous faut arrêter le processus de privatisation de GDF et faire reculer le gouvernement sur cette question comme nous l’avons fait sur le CPE.
C'est pourquoi, tous ensemble, nous appelons celles et ceux qui ont à coeur ce droit fondamental à se rassembler et à exiger le retrait de ce texte.
Nous appelons à une grande mobilisation populaire pour le service public de l’énergie en participant notamment le 14 octobre 2006 à la grande journée d’action lancée par les organisations syndicales. »

Le Collectif Riposte à la droite
(Ce collectif comporte les onze organisations de gauche, pour mémoire : Alternative citoyenne, les Alternatives, Gauche Républicaine, LCR, MARS, PRG, MRC, PCF, PS, Verts, Régions et peuples solidaires.)

Paris, le 9 octobre 2006.

Libellés : , , ,

dimanche, octobre 08, 2006

La défense de la laïcité doit être une priorité pour les radicaux de gauche

Les 21 et 22 octobre prochain le PRG tiendra son congrès pour les présidentielles. En février dernier nous avons adopté notre programme, et l'essentiel du débat portera sur la question de savoir si le PRG doit avoir son propre candidat au 1er tour ou rechercher une alliance avec un autre parti politique pour peser de façon plus importante. Actuellement Christiane Taubira est la seule candidate à l'investiture et cette candidature est devenu très crédible au fil des semaines, il suffit pour s'en convaincre de voir les appels angoissé à l'union lancés régulièrement par le locataire de la rue de Solférino.
Néanmoins, quelque soit le choix du PRG, il me semble que nous devons à l'occasion de notre congrès prendre fermement position en faveur de la défense de la laïcité. D'autant plus que celle-ci est régulièrement attaquée aussi bien à droite qu'à gauche par les tenants du relativisme culturel ou par les adeptes de la rupture.
C'est pourquoi je défendrai la motion suivante lors de notre congrès, merci de me signaler votre soutien en commentaire :

La défense de la laïcité doit être une priorité pour les radicaux de gauche


L’année 2005 a été marquée part les commémorations, discrètes, de la loi de 1905. Cette loi promulguée le 9 décembre 1905 instaure la séparation des Eglises et de l’Etat en France et ouvre la voie à la constitutionnalisation de la laïcité par la Constitution de la IVe République. Le centenaire de la loi a été l’occasion de débats nombreux sur la laïcité. Mais surtout la droite, représentée par le président de l’UMP, mais aussi par le ministre de l’éducation nationale, a multiplié les attaques contre ce principe fondateur de notre République.

La Révolution de 1789 a affirmé l’autonomie du pouvoir civil face aux religions en proclamant que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Mais, ce sont les grandes lois Radicales du début du siècle qui fondent la laïcité moderne. Les lois Ferry et celles qui lui succèdent de 1882 à 1886 mettent en place, à côté de l’obligation et de la gratuité scolaires, la laïcité, tant celle des locaux que des enseignants et des contenus de l’enseignement. En 1901 c’est la loi sur la liberté d’association. Puis en 1904 les lois sur les congrégations. Enfin, en 1905, la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Cette loi est le résultat d’une mobilisation républicaine pour parachever la laïcisation de l’Etat après les lois scolaires de Jules Ferry et c'est en cela qu'elle constitue aujourd’hui l’une des bases de notre pacte républicain. Cette loi, libérale et équilibrée, assure la neutralité confessionnel de l’Etat et ainsi une liberté de conscience totale pour tous.

Rappelons au sujet de la laïcité ce qu'a écrit Henri Pena-Ruiz : "La laïcité, rappelons-le, c'est l'affirmation simultanée de trois valeurs qui sont aussi des principes d'organisation politique: la liberté de conscience fondée sur l'autonomie de la personne et de sa sphère privée, la pleine égalité des athées, des agnostiques et des divers croyants, et le souci d'universalité de la sphère publique, la loi commune ne devant promouvoir que ce qui est d'intérêt commun à tous. Ainsi comprise la laïcité n'a pas à s'ouvrir ou à se fermer. Elle doit vivre, tout simplement, sans aucun empiétement sur les principes qui font d'elle un idéal de concorde, ouvert à tous sans discrimination. La notion de laïcité ouverte est maniée par ceux qui en réalité contestent la vraie laïcité, mais n'osent pas s'opposer franchement aux valeurs qui la définissent. "

M. Sarkozy prenant prétexte des difficultés qu’auraient les fidèles musulmans à organiser leur culte a posé plusieurs fois la question de la modification de la loi de 1905. Derrière un discours qui se veut ouvert et « égalitaire » se cachent en réalité d’autres objectifs. D’abord l’obsession sécuritaire du ministre de l’intérieur le conduit naturellement à vouloir prendre en main un culte musulman dont il craint l’indépendance. Ensuite, réformer la loi de 1905 serait l’occasion pour celui « qui a beaucoup en commun avec les conceptions de nombreux conservateurs américains [1]» de redéfinir une laïcité « ouverte ». En effet, revoir la loi de 1905 permettrait d’élargir la notion d’exercice du « culte » pour y comprendre l’éducation, les œuvres sociales ou culturelle et ainsi cumuler tous les avantages fiscaux liés à la pratique d’un culte. D’ailleurs on a bien vu maintenant depuis deux ans comment le ministre de l’éducation nationale a multiplié les faveurs pour l’enseignement privé confessionnel, et on a vu aussi comment le parti socialiste pouvait parfois se rendre complice de ces attaques contre la laïcité, soit par le subventionnement des lycées privés par les régions, soit à l’occasion du vote de l’amendement sur le forfait communal présenté par le sénateur Charasse.

Contrairement à ce qui est affirmé ici et là, la loi de 1905 n’est pas un obstacle à la pratique de l’islam en France. Il suffit de rappeler que si les pouvoirs publics ne peuvent financer directement l’édification d’un lieu de culte, ils ont quand même quelques possibilités d’intervention. Ainsi seules s’appliquent les règles d’urbanisme nationale et locale pour l’édification d’un lieu de culte, l’article 11 de la loi de finances du 29 juillet 1961autorise les agglomérations nouvelles à garantir les emprunts contractés pour la construction d’un lieu de culte. Les communes peuvent aussi mettre un terrain à disposition par bail emphytéotique ou encore accorder un local par contrat de location à une association cultuelle. Enfin, la loi de 1905 autorise le financement des réparations des édifices affectés au culte public appartenant à des personnes privées, on voit bien ici l’intérêt qu’auraient catholiques et protestants à obtenir un élargissement de la notion de « culte ». En réalité, M. Sarkozy et ses amis de l’UMP, mais aussi certains responsables de gauche veulent sous-traiter la question sociale et une partie de la question sécuritaire aux communautés et aux religions. Cela est inacceptable dans un Etat de droit où seuls sont légitimes la loi de la République et l’autorité des représentants du peuple. Nous devons fermement refuser la remise en cause de l’un des principaux fondements de notre République. Spécialement en un moment où les anglo-saxons prennent enfin conscience des risques de désintégration sociale que génèrent les politiques communautaristes. Il est d’ailleurs bien illusoire de croire que l’installation de cultes officiels selon une formule néo-concordataire contribuerait à régler les lourds problèmes sociaux auxquels notre pays est aujourd’hui confronté. L’Etat sera respecté dans les banlieues quand il y assumera ses responsabilités, en termes de logement, d’emploi, de services publics et de sécurité. Autrement qu’à travers les moyens, kärcher compris, de la politique spectacle.

Les radicaux, se rappelant l’œuvre d’Edouard Herriot en faveur de la mosquée de Paris considèrent aujourd’hui que l’on peut utilement aider les fidèles musulmans à ériger les lieux de culte digne auxquels ils aspirent légitimement en créant une fondation, financée par fonds privés. Celle-ci serait alors chargée de gérer les dons des fidèles et des donateurs étrangers en vue d’édifier des lieux de culte. L’idée a été lancée il y a déjà quelques années. Il est temps qu’elle avance.

Par ailleurs, dans le domaine scolaire il est urgent d’abroger l’article 89 de la loi d’août 2004 qui prévoit l’obligation de verser le forfait communal pour les écoles privées situées en dehors du territoire communal et accueillant des enfants de la commune. L’esprit de l’article 89 de la loi d’août 2004 relative aux libertés des collectivités locales est contraire au principe de laïcité et d’autre part il est sur le fond contraire aux principes de la décentralisation et de la libre administration des communes. Cet article est contraire au principe de laïcité car il introduit, en contradiction avec sa rédaction même, une disparité de traitement entre écoles publiques et écoles privées sur le point de l'autorisation préalable du Maire de la commune de résidence pour l'inscription d'un enfant dans une école située hors du territoire communal. Par ailleurs, l'enseignement privé sous contrat est souvent un enseignement de nature confessionnelle. L'extension du forfait communal aux "délocalisés", réclamée depuis longtemps par les Ecoles catholiques, concernerait près d'un tiers des 900 000 élèves du privé. Or avoir recours à l'argent public pour financer une liberté d'usage privé porte atteinte à la loi de séparation des églises et de l'Etat, c'est-à-dire à la laïcité. Les écoles privées confessionnelles — fussent-elles sous contrat — n'ont pas à être prises en charge par les contribuables qui, par principe, sont considérés comme neutres et indifférents à la question religieuse. On pourrait ajouter que l’application de la circulaire va accroître la ghettoïsation sociale avec une participation des communes les plus pauvres pour un enseignement privé largement ségrégatif et confessionnel, ce qui retirera des moyens aux écoles publiques. Cet article est contraire aux principes de la décentralisation et de la libre administration des communes, car il porte atteinte à la capacité des Maires de gérer les flux d'enfants scolarisés, ruinant les effets de la sectorisation sur la gestion des programmes de constructions scolaires, comme sur la gestion de la carte scolaire, en plus, il induit des dépenses importantes, sur l'effet générateur desquelles les Maires n'ont pas été seulement consultés. Cette charge de presque 300 millions d'euros incombera aux communes. Cette nouvelle augmentation du financement public des écoles privées se fait au détriment du développement du service public et laïque d'éducation : elle ne fait qu'accroître les faveurs que le gouvernement ne cesse d'accorder aux établissements d'enseignement privés, comme le classement d'une dizaine de ces établissements en établissements ambitions réussite, ou l'inclusion de nouvelles dépenses de fonctionnement, d'investissement et de personnel dans le forfait d'externat.

En conclusion, on le voit bien la loi de 1905 dresse un rempart à l’abri duquel peut s’exercer la liberté de conscience de chacun. Les obstacles à l’édification des mosquées sont artificiels, tout comme ceux qui bloquent l’édification de logements sociaux. On ne réglera pas un problème de « place de stationnement » ou d’architecture en remettant en cause une laïcité qui sert trop souvent d’alibi pour dire non. Les remises en cause de la loi de 1905 conduisent à des renoncements et des accommodements inacceptables, en particulier dans les champs scolaires et sociaux. C’est pourquoi, quelque soit la décision du PRG concernant la présidentielle, il doit absolument s’emparer du débat présidentiel pour défendre fermement la laïcité. Le candidat soutenu par le PRG doit s’engager à défendre la loi de 1905, à abroger l’article 89 de la loi d’août 2004 sur les libertés locales et soutenir la mise en place d’une fondation pour le culte musulman financée sur fonds privés



[1] Cité dans thierry Pech, « Sarkozy, la religion et Bush », La vie des idées, novembre 2005.

Libellés :

Recycler les piles pour préserver l'environnement

Les Amis de la Terre partent en campagne contre les piles ». Les piles et accumulateurs usagés sont « de loin les déchets les plus polluants » de la consommation courante pour l'environnement et « symbolisent parfaitement la consommation jetable ». Pour sensibiliser le grand public à cette question et à l'occasion de la Semaine de Réduction des Déchets, les Amis de la Terre lancent une nouvelle campagne nationale : « Stop aux piles, choisissons une énergie durable ! », en partenariat avec Le Festival du Vent, Biocoop et Action Consommation, et avec le soutien de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME).

En France, on estime que plus d'un milliard de piles ont été mises sur le marché en 2005, soit l'équivalent de 28.592 tonnes (données de l'Observatoire des Piles et Accumulateurs de l'ADEME). Selon l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, 70% de ces piles finissent dans la nature, en décharge ou incinérées. « Pourtant, le décret n° 99-374 du 12 mai 1999 interdit depuis le 1er janvier 2001 de jeter les piles à la poubelle et oblige les professionnels, commerçants et fabricants à organiser la collecte, le tri et le recyclage », rappelle Les Amis de la Terre.

Eliminées avec les ordures ménagères, les piles contaminent l'environnement en métaux lourds (mercure, cadmium, et plomb) dont les impacts sanitaires sont bien connus. L'extraction de ces métaux cause également de graves problèmes sociaux pour les communautés proches des mines et détruit les espaces naturels dans lesquels se trouvent ces ressources non renouvelables.

Les Amis de la Terre rappellent l'urgence de réduire la consommation de piles, et pour cela, continueront d'informer sur l'impact sur l'environnement mais aussi social lié à leur usage, tout en favorisant les alternatives. Selon Carolina Baldovino, chargée de campagne « Modes de Production et de Consommation Durables » aux Amis de la Terre : « La mobilisation des professionnels n'est pas suffisante pour que les piles soient recyclées. Ce qui compte c'est de réduire au maximum leur utilisation, puisque les nuisances dues à la production, la dissémination et le retraitement des piles sont considérables. On peut se passer de nombreux objets à piles. Il existe des produits alternatifs qui fonctionnent à l'énergie énergie solaire, mécanique, etc. Leur usage doit se généraliser ».

Des actions de rue sont d'ores et déjà prévues à Paris et à Cergy le 14 octobre prochain. La campagne sera relayée ailleurs par les réseaux Biocoop, le Festival du Vent, Action Consommation et les Espaces Info Energie de l'ADEME.

Libellés :

samedi, octobre 07, 2006

Une figure du journalisme russe d'opposition assassinée à Moscou




La journaliste russe Anna Politkovskaïa, célèbre jusqu'en Occident pour sa couverture très critique de la guerre en Tchétchénie et l'une des rares à couvrir encore ce conflit oublié, a été tuée par balles samedi à Moscou.

Son corps a été découvert en fin d'après-midi par une voisine dans l'ascenseur de son immeuble, devant lequel quelques dizaines de personnes, notamment des confrères, sont venues se recueillir dans la soirée, déposant des fleurs rouges.

Le Parquet a ouvert une enquête pour "meurtre avec préméditation".

Libellés : ,

vendredi, octobre 06, 2006

Dans les piscines, les créneaux "communautaires" diminuent


Libellés :

mercredi, octobre 04, 2006

Au sujet de Robert Redeker

"Notre Europe se veut démocratique. Cela suppose que la liberté doit garantir à tous de croire, ou de ne pas croire, de le dire, de porter un jugement.
Il n'y a pas si longtemps que ce droit est reconnu à tous les européens.
La liberté de conscience a eu ses martyrs. Nous n'oublions pas en France, nos guerres de religion, puis la répression contre l'athéisme, au XVIIe s et au XVIIIe s encore, le supplice du Chevalier de La Barre, exécuté pour blasphème, les combats de Voltaire.
Il doit être dit clairement que nous n'accepterons jamais d'y renoncer."

extrait de la Lettre de M. Jacques Legendre, sénateur, président de la commission de la culture, de la science et de l'éducation de l'assemblée parlementaire du conseil de l'Europe, à M. René Van Der Linden, président de l'assemblée parlementaire du conseil de l'Europe.

La situation actuelle du professeur de philosophie Robert Redeker appelle de la part de tous les Républicains convaincus une réaction ferme. On ne peut pas accepter que la vie d'un homme soit menacée à cause de ses opinions et de ses écrits, quelque soit la nature et la qualité des dits écrits. 25 ans après l'abolition de la peine de mort les menaces qui pèsent aujourd'hui sur la vie de Robert Redeker, et les menaces qui ont été proférée à l'encontre de sa famille sont une insulte au bon sens et à la démocratie. La tyrannie et l'obscurantisme de quelques extrémistes doivent être vigoureusement réprimé par l'Etat pour garantir nos libertés fondamentales.

Il n'est évidemment pas question de mettre en cause ici une religion en particulier, elles ont toutes leur "fous de dieu". Il convient sans doute de différencier la structure et ses serviteurs. Sans pour autant que cela ne nous empêche de nous interroger sur les fondements culturels, philosophiques et conjoncturels qui génèrent cette violence politico-religieuse.

Il est indispensable de rappeler avec force que la seule loi qui s'applique sur le territoire de la République laïque est la loi de la République. Qu'elle trouve ses fondements dans la déclarations des droits de l'homme et du citoyen. Ainsi, les commandements "divins", les coutumes, les traditions peuvent être respectables, mais pour autant elles n'ont aucune valeur face à la loi de la République et nul ne peut s'en prévaloir pour justifier un acte réprimé par la loi de la République.

M. Delfau sénateur PRG a interpelé le gouvernement au Sénat sur cette grave question :

M. Delfau -

Mon rappel a trait à l'organisation des débats. M. Redecker est menacé de mort à la suite d'une libre opinion parue dans Le Figaro, et doit vivre depuis dans la clandestinité. Le Gouvernement a réagi par la voix du Premier ministre, mais ni M. Sarkozy ni M. Douste-Blazy n'ont jugé bon de le faire. Il faut réaffirmer avec force la liberté d'expression. La République doit prendre en charge les frais inhérents à la clandestinité imposée à M. Redecker. La France ne peut être l'otage des extrémistes, ni renoncer au principe de laïcité. Je demande au Bureau d'organiser un débat public qui sera la réponse du Parlement aux islamistes, que je ne confonds pas avec l'ensemble des musulmans. (Applaudissements)

M. le Président -
Je vous donne acte de vos propos, votre Président de groupe peut évoquer la question en Conférence des Présidents.

En conclusion rappelons nous la célèbre phrase de Voltaire : "je ne suis pas d'accord avec un mot de ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour votre droit de le dire."

Libellés :

mardi, octobre 03, 2006

L'Assemblée a adopté le texte de loi relatif au secteur de l'énergie

Le gouvernement a décidé il y a quelques mois qu’il fallait absolument offrir GDF au groupe Suez dans l’espoir de protéger ce dernier contre une OPA hostile. L’absurdité du raisonnement est évidente quand on voit comment Mittal Steel a absorbé Arcelor malgré les appels au « patriotisme » économique et les rodomontades du gouvernement et du président de la République.

Finalement, les députés de l’UMP ont adopté mardi le projet de loi sur l'énergie qui prévoit la privatisation de Gaz de France en vue de sa fusion avec Suez. Après sa valse hésitation estivale, Axel Poniatowski, le député UMP de notre circonscription a voté pour ce texte.

Toutefois, les groupes PS, PCR et UDF, tous les députés PRG et Verts, de même que plusieurs élus UMP ont voté contre ce texte qui transpose également une directive européenne relative à l'ouverture totale du marché de l'énergie - électricité et gaz naturel - à la concurrence au 1er juillet 2007 pour les entreprises et les particuliers.

Le résultat de ce vote est inquiétant puisqu’il provoque la privatisation de fait de GDF avec la bénédiction de son président Jean-François Cirelli, naguère directeur adjoint du cabinet de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, et malgré l'engagement solennel de Nicolas Sarkozy, alors en poste à Bercy, de maintenir à 70% la participation de l'Etat dans GDF. Résultat de cette politique de Gribouille: l'Etat n'aura plus qu'une minorité de blocage, dont l’utilité reste à démontrer, dans GDF fusionné avec Suez, et ce nouveau groupe privé énergétique deviendra un concurrent d'EDF.

Le texte doit maintenant être examiné au Sénat.


pour connaître le vote de tous les députés :

http://www.assemblee-nationale.fr/12/scrutins/jo1007.asp

pour retrouver l'intégralité des débats :

http://www.assemblee-nationale.fr/12/dossiers/secteur_energie.asp


retrouvez les interventions des députés du PRG :
http://prgcergy.canalblog.com/archives/2006/09/13/2667550.html
http://prgcergy.canalblog.com/archives/2006/09/14/2674639.html

Libellés : , ,

Ségolène Royal reçoit le prix de l'humour politique 2006

La présidente de la région Poitou-Charentes a remporté le prix "Press Club, Humour et politique"

La candidate socialiste à la candidature a été proclamée lundi soir, par un jury composé de journalistes, lauréate 2006 du Prix Press Club "Humour et Politique", pour avoir lancé: "Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit".

Ce prix, décerné par un jury de journalistes que préside Jean Miot, ancien PDG de l'AFP, récompense chaque année des propos volontairement ou involontairement drôles d'une personnalité politique.

La présidente de Poitou-Charentes avait utilisé la formule victorieuse dans un entretien à VSD le 5 avril, a-t-on précisé auprès du jury.

dimanche, octobre 01, 2006

Nos comiques

Le Prix Press Club "Humour et Politique" 2006, sera remis lundi 2 octobre soir , les nominés sont :

* "Le pétrole est une ressource inépuisable qui va se faire de plus en plus rare"
(Dominique de Villepin)
* "Je trouve qu'on a tellement de choses à se mettre dans la tête qu'il est inutile de s'encombrer le cerveau"
(Nelly Olin, ministre de l'écologie)
* "Je ne suis pas l'Arabe qui cache la forêt"
(Azouz Begag)
* "Mes idées n'ont pas pris une ride"
(Arlette Laguiller)
* "Mettre une taxe sur des billets d'avion qu'on ne paye jamais, c'est un comble pour un président"
(Odile Saugues, député PS)
* "Même quand je ne dis rien, cela fait du bruit"
(Ségolène Royal)
* "Ségolène, elle séduit au loin et irrite au près"
(Jean-Pierre Raffarin, sur Ségolène Royal)
* "Je ne l'ai pas beaucoup côtoyé à l'Elysée, on peut ne pas prendre le même escalier"
(Bernadette Chirac, sur Dominique de Villepin)
* "J'entends ceux qui manifestent mais j'entends aussi ceux qui ne manifestent pas"
(Dominique de Villepin, à propos des manifestations anti-CPE)
* "En France, ce ne sont pas les couilles que l'on coupe mais la tête"
(Nicolas Sarkozy, répondant à Dominique de Villepin qui aurait dit "Nous sommes en 14, c'est la guerre des tranchées, moi j'ai des couilles")
* "Je suis un des rares ministres chiraco-sarko-villepino compatible"
(François Baroin, ministre de l'Outre-mer)
* "Le Hamas a voulu faire une croix sur Israël" (Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères)
* "Les gazelles courent plus vite que les éléphants"
(Ségolène Royal, en réponse à Henri Emmanuelli qui aurait dit à François Hollande : "Mon cher François, il va falloir arriver à enfermer dans le même zoo les éléphants et les gazelles")
* "Cette année, les corbeaux volent en escadrille"
(Jean-Pierre Chevènement, mis en cause dans l’affaire Clearstream)
* "Ils vont s'apercevoir que je suis assez con pour aller jusqu'au bout"
(Dominique de Villepin, en pleine crise du CPE)
* "Docteur Sarko et Doc Gynéco, c'est la com' et la came"
(Philippe de Villiers, concernant le soutien du rappeur à la candidature de Nicolas Sarkozy)
* "Je préfère dire voici mon projet que mon projet c'est Voici"
(Laurent Fabius à propos de Ségolène Royal, lors d'une interview accordée à l'Express, le 24 aout 2006)
* "Je ne parlerai ni des attentats ni des incendies, je ne parlerai que de la Corse qui travaille"
(Ségolène Royal en visite en Corse)
* "C'est la première fois qu'un déserteur passe ses troupes en revue"
(Pascal Terrasse à propos de Lionel Jospin)
* "Les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite"
(Patrick Devedjian)



Et vous vous votez pour qui ?

pour rappel en 2005
  • Prix Spécial du Jury pour Valéry Giscard d’Estaing pour l’ensemble de son œuvre et notamment pour ces deux phrases au sujet du projet de Constitution européenne :
    • "C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit : je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai écrit"
    • "C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum, à condition que la réponse soit oui"

La brocante à Osny

Aujourd'hui il y avait la brocante dans le bas d'Osny. Entre deux nuages gris et entre deux copies j'ai profité d'un rayon de soleil pour aller y faire un tour.
Malheureusement la batterie de mon appareil photo est morte, je n'ai pas du faire de photos.
Toutefois, il y avait beaucoup d'animation, chorale, manèges, "pêche aux canard" etc. et beaucoup de monde dans les rues, des jeunes et des moins jeunes dans une joyeuse bonne humeur.
Une ballade bien agréable... j'en ai profité pour regarder le sympathique bric à brac qui s'étalait sur les stand.
Dommage que le soleil n'ait pas été au rendez-vous toute la journée.

Planète radicale

La revue de blogs radivaux est en ligne, je vous invite à lire la prose de nos amis internautes et à leur laisser vos commentaires

http://actulive.canalblog.com/archives/2006/09/30/2797936.html

sites&blogs Annuaire politique