Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mercredi, octobre 04, 2006

Au sujet de Robert Redeker

"Notre Europe se veut démocratique. Cela suppose que la liberté doit garantir à tous de croire, ou de ne pas croire, de le dire, de porter un jugement.
Il n'y a pas si longtemps que ce droit est reconnu à tous les européens.
La liberté de conscience a eu ses martyrs. Nous n'oublions pas en France, nos guerres de religion, puis la répression contre l'athéisme, au XVIIe s et au XVIIIe s encore, le supplice du Chevalier de La Barre, exécuté pour blasphème, les combats de Voltaire.
Il doit être dit clairement que nous n'accepterons jamais d'y renoncer."

extrait de la Lettre de M. Jacques Legendre, sénateur, président de la commission de la culture, de la science et de l'éducation de l'assemblée parlementaire du conseil de l'Europe, à M. René Van Der Linden, président de l'assemblée parlementaire du conseil de l'Europe.

La situation actuelle du professeur de philosophie Robert Redeker appelle de la part de tous les Républicains convaincus une réaction ferme. On ne peut pas accepter que la vie d'un homme soit menacée à cause de ses opinions et de ses écrits, quelque soit la nature et la qualité des dits écrits. 25 ans après l'abolition de la peine de mort les menaces qui pèsent aujourd'hui sur la vie de Robert Redeker, et les menaces qui ont été proférée à l'encontre de sa famille sont une insulte au bon sens et à la démocratie. La tyrannie et l'obscurantisme de quelques extrémistes doivent être vigoureusement réprimé par l'Etat pour garantir nos libertés fondamentales.

Il n'est évidemment pas question de mettre en cause ici une religion en particulier, elles ont toutes leur "fous de dieu". Il convient sans doute de différencier la structure et ses serviteurs. Sans pour autant que cela ne nous empêche de nous interroger sur les fondements culturels, philosophiques et conjoncturels qui génèrent cette violence politico-religieuse.

Il est indispensable de rappeler avec force que la seule loi qui s'applique sur le territoire de la République laïque est la loi de la République. Qu'elle trouve ses fondements dans la déclarations des droits de l'homme et du citoyen. Ainsi, les commandements "divins", les coutumes, les traditions peuvent être respectables, mais pour autant elles n'ont aucune valeur face à la loi de la République et nul ne peut s'en prévaloir pour justifier un acte réprimé par la loi de la République.

M. Delfau sénateur PRG a interpelé le gouvernement au Sénat sur cette grave question :

M. Delfau -

Mon rappel a trait à l'organisation des débats. M. Redecker est menacé de mort à la suite d'une libre opinion parue dans Le Figaro, et doit vivre depuis dans la clandestinité. Le Gouvernement a réagi par la voix du Premier ministre, mais ni M. Sarkozy ni M. Douste-Blazy n'ont jugé bon de le faire. Il faut réaffirmer avec force la liberté d'expression. La République doit prendre en charge les frais inhérents à la clandestinité imposée à M. Redecker. La France ne peut être l'otage des extrémistes, ni renoncer au principe de laïcité. Je demande au Bureau d'organiser un débat public qui sera la réponse du Parlement aux islamistes, que je ne confonds pas avec l'ensemble des musulmans. (Applaudissements)

M. le Président -
Je vous donne acte de vos propos, votre Président de groupe peut évoquer la question en Conférence des Présidents.

En conclusion rappelons nous la célèbre phrase de Voltaire : "je ne suis pas d'accord avec un mot de ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour votre droit de le dire."

Libellés :

sites&blogs Annuaire politique