Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, décembre 12, 2006

Pinochet échappe à la justice

L’ancien dictateur chilien est mort dimanche 10 décembre à l’âge de 91 ans. Il ne sera pas condamné pour ses crimes.

Augusto Pinochet ne sera pas jugé alors que plus de 300 dossiers de violations des droits de l’homme et une procédure pour enrichissement illicite avaient été déposés contre l’ancien homme fort du Chili, entre 1973 et 1990. Tous ces dossiers devraient être automatiquement classés.

De nombreuses organisations défendant les droits de l’Homme ont rendu publique leur frustration après le décès de l’ancien dictateur. Ainsi, Amnesty International a indiqué que le "cas Pinochet" devait servir de "sonnerie de réveil" aux gouvernements, leur rappelant l'importance des procédures judiciaires rapides en cas de crimes contre les droits de l'Homme.

"Sa mort ne doit pas signifier la fin de l'histoire", a estimé l’organisation basée à Londres, qui a appelé les autorités chiliennes à poursuivre les enquêtes et les procédures à l'encontre d'autres responsables du régime Pinochet. Selon deux rapports officiels, plus de 2 000 personnes sont mortes ou ont disparu et plus de 27 500 ont été torturées durant les dix-sept ans de dictature.

Pour sa part, l'organisation Human Rights Watch, basée à New York, a estimé que l'arrestation de l’ex-dictateur en 1998 à Londres l'avait au moins "mis dans le box des accusés du tribunal de l'opinion publique internationale". En effet, même s’il n’a jamais été jugé pour ses crimes, Augusto Pinochet n’a cessé d’être poursuivi par la justice depuis cette date. En particulier par le juge espagnol Baltazar Garzon, qui avait lancé un mandat international permettant cette arrestation, alors que Pinochet s’était rendu au Royaume-Uni pour être opéré d’une hernie.

Après 503 jours de détention, il avait été libéré en mars 2000 par le gouvernement britannique pour raisons de santé. Depuis, s’il n’avait plus été incarcéré, le vieil homme avait connu plusieurs assignations à résidence, la dernière en date le 27 novembre.

En France, la justice voulait juger Pinochet pour la disparition de quatre Français au Chili, entre 1973 et 1975. Si son décès entraîne la fin des poursuites, dix-sept militaires chiliens restent mis en examen, dont le fondateur de la police secrète, le général Manuel Contreras.

Lire aussi l'edito de la Dépêche du Midi

Libellés :

sites&blogs Annuaire politique