Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mardi, janvier 23, 2007

Les propositions fiscales de Nicolas Sarkozy : un vrai choix de société

Il faut reconnaître au candidat du parti majoritaire le mérite de la clarté. Ses propositions fiscales expriment un vrai choix de société, et contribuent à redonner du sens à la distinction entre politique de droite et politique de gauche.

L'objectif de réduction de 4 points du niveau des prélèvements obligatoires reflète la vieille conviction des conservateurs libéraux selon laquelle l'économie se porte mieux lorsque la collectivité publique demande moins aux contribuables. Le projet d'un bouclier fiscal à 50%, également inspiré de méfiance à l'égard d'un impôt dont il faudrait se protéger, n'a pas d'autre objet réel que celui d'alléger la contribution des catégories les plus fortunées.

La forte baisse du niveau de pression fiscale envisagée par le candidat de la droite est en réalité inaccessible. Elle ne pourrait s'obtenir qu'au prix d'une réduction des moyens de l'Etat, ou d'un fort abaissement du niveau de la protection sociale. La première est à exclure, l'Etat français étant déjà, de tous les Etats européens, l'un des plus démunis au point de vue des ressources prélevées à son bénéfice, alors que des services publics essentiels, y compris ceux de la sécurité ou de la justice, demandent à être davantage pourvus. Ni le contexte démographique, ni les exigences modernes en matière de santé, ni les aspirations fondamentales des français en matière de protection sociale, ne permettent d'envisager d'économies significatives en ce domaine. L'engagement de forte baisse des prélèvements obligatoires ne pourra donc être tenu.

Reste la question de la redistribution des charges, qui elle, peut évoluer. Soit dans le sens déjà suivi depuis quelques années, et que le candidat de l'UMP prévoit d'emprunter plus résolument, consistant à préserver les grandes fortunes et les revenus les plus élevés. Soit au contraire par un retour vers une politique où la liberté d'entreprendre n'est pas incompatible avec la justice fiscale, où il est demandé de participer davantage à ceux qui ont davantage de moyens, où l'impôt n'est pas seulement le moyen de financer d'indispensables dépenses publiques, mais aussi celui de rapprocher les conditions sociales.

La politique fiscale de Nicolas Sarkozy est, clairement, celle d'une préférence pour une société du chacun pour soi. A laquelle devra être opposée la politique fiscale d'un projet de société solidaire.

par Bernard Castagnède, porte-parole du PRG

Libellés : , , ,

sites&blogs Annuaire politique