Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

dimanche, janvier 21, 2007

Ségolène Royal et la laïcité

Les Radicaux de gauche sont particulièrement attachés au principe de laïcité, car ce sont les radicaux emmenés par Ferdinand Buisson qui à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ont bâti la République sur le principe de laïcité.
La Révolution de 1789 avait affirmé l’autonomie du pouvoir civil face aux religions en proclamant que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Mais, ce sont les grandes lois Radicales du début du siècle qui fondent la laïcité moderne. Les lois Ferry et celles qui lui succèdent de 1882 à 1886 mettent en place, à côté de l’obligation et de la gratuité scolaires, la laïcité, tant celle des locaux que des enseignants et des contenus de l’enseignement. En 1901 c’est la loi sur la liberté d’association. Puis en 1904 les lois sur les congrégations. Enfin, en 1905, la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Cette loi est le résultat d’une mobilisation républicaine pour parachever la laïcisation de l’Etat après les lois scolaires de Jules Ferry et c'est en cela qu'elle constitue aujourd’hui l’une des bases de notre pacte républicain. Cette loi, libérale et équilibrée, assure la neutralité confessionnel de l’Etat et ainsi une liberté de conscience totale pour tous.
Rappelons au sujet de la laïcité ce qu'a écrit Henri Pena-Ruiz : "La laïcité, rappelons-le, c'est l'affirmation simultanée de trois valeurs qui sont aussi des principes d'organisation politique: la liberté de conscience fondée sur l'autonomie de la personne et de sa sphère privée, la pleine égalité des athées, des agnostiques et des divers croyants, et le souci d'universalité de la sphère publique, la loi commune ne devant promouvoir que ce qui est d'intérêt commun à tous. Ainsi comprise la laïcité n'a pas à s'ouvrir ou à se fermer. Elle doit vivre, tout simplement, sans aucun empiétement sur les principes qui font d'elle un idéal de concorde, ouvert à tous sans discrimination. La notion de laïcité ouverte est maniée par ceux qui en réalité contestent la vraie laïcité, mais n'osent pas s'opposer franchement aux valeurs qui la définissent. "

Les Radicaux de gauche sont aux côtés de Ségolène Royal car elle a pris des positions très claires en faveur de la laïcité :

« Je vais vous dire pourquoi je suis particulièrement attachée à ce principe (de laïcité), parce que se joue là l'émancipation des femmes, et je voudrais dire ici la solidarité qui est la mienne, à l'égard des gynécologues, dans certains hôpitaux, qui se sont fait agresser par des maris qui ne tolèrent pas que leur femme soit soignée par des hommes (…). »
Deuxième débat télévisé pour l'investiture du Parti socialiste , LCP AN-Public Sénat , 24 octobre 2006


Les Radicaux de gauche sont aux côtés de Ségolène Royal parce que notre modèle républicain est aujourd'hui menacé par Nicolas Sarkozy qui a une vision communautariste de la société et qui veut sous-traiter la question sociale et les solidarités aux religions et aux communautés.

« Pour nous, à gauche, la société de la méfiance, des ghettos et des communautés rivales, ce n'est pas notre modèle. C'est la droite qui affaiblit la République en portant atteinte au pacte social et à la laïcité. »
Congrès d'investiture du Parti Socialiste , Mutualité 26 novembre 2006


« De la précarisation généralisée aux remises en cause, par M. Sarkozy, de la loi de 1905 sur la laïcité, la droite s'en prend à tous les fondements de la République. C'est à tout cela qu'il faut mettre un coup d'arrêt. »
La Dépêche du Midi, 22 septembre 2006

Le Radicaux de gauche sont aux côtés de Ségolène Royal parce qu'elle s'est engagée à abroger l'art. 84 de la loi d'août 2004 concernant le forfait communal, comme les radicaux le réclament dans leur programme de Rennes pour les présidentielles.

« Le service public doit rester impérativement laïc, et si je suis élue je supprimerai cette loi qui oblige les communes à payer pour les élèves d'autres communes qui sont scolarisés dans les écoles privées... Je trouve cette loi tout à fait anormale, d'aller payer pour les enfants qui vont dans les écoles privées des autres communes, c'est-à-dire qui participent à la désertification rurale de la commune qui est obligée de payer, ça ne tient pas debout. »
Deuxième débat télévisé pour l'investiture du Parti
socialiste , LCP AN-Public Sénat , 24 octobre 2006

Libellés : , , ,

sites&blogs Annuaire politique