Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

vendredi, mars 23, 2007

Caricatures de Mahomet : Charlie Hebdo relaxé

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé jeudi 22 mars Philippe Val, le directeur de publication de l'hebdomadaire satirique.

Charlie Hebdo était poursuivi par la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) pour avoir publié en février 2006 des caricatures de Mahomet considérées comme injurieuses pour les musulmans.

Parmi les trois dessins incriminés figuraient deux caricatures déjà éditées dans le journal danois Jyllands-Posten en septembre 2005, qui avaient déclenché de nombreux mouvements de colère dans le monde musulman. Le troisième dessin contesté est l’oeuvre de Cabu, habitué de Charlie Hebdo qui représente Mahomet se prenant la tête dans les mains et déclarant: "c'est dur d'être aimé par des cons".

Le tribunal a considéré que cette caricature visait les intégristes et non les musulmans dans leur ensemble, comme l’indique la légende du dessin : "Mahomet débordé par les intégristes". Les magistrats ont passé plus de temps sur un dessin danois représentant Mahomet portant un turban ayant la forme d'une bombe avant d’estimer que "les limites admissibles de la liberté d'expression n'ont donc pas été dépassées".

"Ce jugement nous confirme dans notre légimité à travailler comme on le fait, librement", s'est félicité Philippe Val. "Nous nous réjouissons de cette décision conforme aux valeurs de la République", a indiqué Reporters sans frontières.

Du côté des plaignants, l’UOIF a indiqué vouloir faire appel de cette décision, mais pas la Grande mosquée de Paris. Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman, dont la Grande mosquée de Paris et l'UOIF sont membres, a toutefois annoncé que ses composantes "porteuses de l'action judiciaire" allaient réunir "leurs instances afin de prendre une décision sur l'éventuelle suite à donner au jugement".


Libellés : ,

sites&blogs Annuaire politique