Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

dimanche, mars 11, 2007

Eléments d'une doctrine radicale modernisée

Bernard Castagnède, le porte-parole du PRG publie ce mois-ci : LA POLITIQUE SANS POUVOIR


L'OUVRAGE
La politique sans pouvoir s'ouvre sur une critique de la place démesurée qu'occupe l'élection présidentielle dans la vie politique française. Qui n'est pas justifiée par la capacité réelle de l'élu du suffrage universel à peser sur le cours d'évolutions échappant largement, désormais, à la maîtrise d'autorités nationales.

Au-delà des péripéties d'une campagne électorale, Bernard Castagnède rattache, dans cet essai de doctrine politique, la désaffection des citoyens pour la classe politique à la double perte de légitimité des démocraties européennes, qui fonctionnent dans le cadre d'Etats qui n'ont plus la souveraineté qu'ils proclament, et dont les dirigeants ont perdu, sinon leurs privilèges, du moins la capacité d'user librement du pouvoir qu'ils prétendent exercer au nom d'un peuple souverain.

Encore fondées sur une mythologie du pouvoir suprême, celui de l'État et celui du peuple, les démocraties représentatives ne sont plus en accord avec le stade actuel de l'évolution des sociétés humaines, qui permet d'entrevoir la perspective d'organisations politiques largement débarrassées des phénomènes de domination. Dans la société politique moderne, la règle commune n'est plus l'effet d'un pouvoir, mais celui de la recherche rationnelle du meilleur compromis entre intérêts concurrents, dans le respect des principes supérieurs du droit et des libertés fondamentales. L'Union européenne peut être ainsi perçue comme un premier modèle de politique sans pouvoir.

L'émancipation, ressort de l'histoire des hommes, ne peut être seulement politique, et doit s'étendre au monde économique. L'entreprise, qui en forme la cellule de base, doit sortir de l'Ancien Régime, accueillir les principes fondamentaux de liberté et d'égalité, cesser d'être la chose réservée des seuls patrons ou actionnaires, s'affirmer en une communauté d'acteurs ayant égale vocation à partager sa gouvernance et, sur une base rationnelle et équitable, les produits de son activité.

Décolonisation et éclatement de l'URSS ont illustré le recul de la domination politique internationale. Il s'agit désormais de substituer au cadre dépassé des pouvoirs étatiques la construction rationnelle d'une hiérarchie des intérêts généraux et des compétences, préservant identités nationales et pluralismes culturels, mais autorisant la définition de niveaux supérieurs de régulation sociale, jusqu'à l'horizon lointain de la république universelle.

Renouant avec l'individualisme libertaire du philosophe radical Alain, La politique sans pouvoir recherche ainsi la cohérence d'ensemble du projet politique qui serait celui d'une gauche en rupture avec la tradition marxiste de la lutte des classes et du salut par des formes nouvelles de domination.

***

De mon côté je suis en train de terminer la mise en forme de la publication d'un livre de "propos radicaux" qui reprend une sélection des messages que j'ai mis sur mon blog, et mon livre sur le Front populaire devrait être disponible dans 6 semaines.

Libellés : , ,

sites&blogs Annuaire politique