Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

lundi, mars 12, 2007

Faire le bon choix dès le premier tour

On commence à entendre souvent, trop souvent, dans les dîners en ville, dans comptoirs de bars PMU ou encore près de la machine à café que le vote utile pour faire barrage à Nicolas Sarkozy serait le vote Bayrou. Cette idée nous vient en partie de ceux qui pensaient en 2002 que voter pour Arlette ou pour le facteur de Neuilly était un moyen d’envoyer un message et ont contribué à leur corps défendant à envoyer Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, mais aussi de ceux qui, ébouillantés, craignent maintenant l'eau froide.
Le jeu des sondages, comme en écho, essaye de nous faire croire que le vote "anti-sarko" serait le vote Bayrou, et après avoir fait barrage à Le Pen en votant Chirac, on pourrait faire barrage à Sarko en votant Bayrou. Or on sait bien que l'UDF tombe toujours à droite, regardez Santini et S. Weil, la vieille garde UDF rentre au bercail et rejoint Sarko, avant le chef...

Pourtant, Cette élection est sans doute l’élection présidentielle la plus importante depuis longtemps. Elle fait suite aux douze ans d’inaction, d'immobilisme et de perte d'influence de la France des deux mandats de Jacques Chirac. Cette élection oppose deux visions, deux projets pour la France des cinq prochaines années. Nous avons le choix entre le modèle droitier de Nicolas Sarkozy et le projet de la gauche porté par Ségolène Royal soucieux de racrocher la France qui souffre à la France qui réussi pour le profit de tous. Entre les deux, vient se glisser François Bayrou, le candidat de la France pour qui tout va bien, et qui en toute logique, propose de NE RIEN CHANGER...

Le programme de Nicolas Sarkozy c’est la destruction programmée de l’Etat providence en France : soins à deux vitesses avec la franchise sur les 40 premiers euros de soins, éducation à deux vitesses avec la fin de la carte scolaire, flexibilité maximale avec le contrat de travail unique, fin de la redistributivité de l’impôt avec le bouclier fiscal à 50% et la suppression des droits de succession. Le programme de Nicolas Sarkozy, c’est également une conception autoritaire et bonapartiste du pouvoir.

Ségolène Royal dans son programme manifeste son attachement aux droits sociaux : suppression du CNE, droit à la santé élargi avec la consultation médicale gratuite pour les enfants en dessous de 16 ans, la contraception gratuite pour les femmes de 16 à 24 ans, le soutien scolaire individualisé pour remédier à l’échec scolaire, l’allocation d’autonomie pour les étudiants, la sécurité sociale professionnelle pour garantir à chacun un revenu malgré la perte d’emploi, la démocratie sociale sera inscrite dans la Constitution, une politique en faveur du pouvoir d’achat avec l’augmentation du SMIC et la conférence sur les salaires. Ces mesures seront rendues possibles grâce à un Etat modernisé décentralisé plus efficace. La candidate du rassemblement de la Gauche propose également une profonde réforme institutionnelle avec le mandat unique pour les députés, l’introduction d’une dose de proportionnelle, le référendum d’initiative populaire, la saisine populaire du conseil constitutionnel et le droit de pétition. Toute ces propositions font de Ségolène Royal la candidate centrale du débat présidentiel.

Le programme de François Bayrou est d’un flou artistique et se borne à un meli-melo de certaines mesures picorées à droite ou à gauche. Ce flou est bien évidemment intentionnel car François Bayrou ne sait pas encore quelle sera sa majorité. Imaginons que François Bayrou soit élu, avec quelle majorité gouvernera–t–il au Parlement ? Les élections législatives qui suivront en juin en décideront. Le parti de François Bayrou n’a aucune chance de les remporter car pour cela il faut un parti structuré capable de faire campagne dans les 577 circonscriptions. De plus, les 30 députés UDF ont été élus car il n’y avait pas de candidat UMP face à eux. Dans cette élection on verra au premier tour une foule de triangulaires PS/UMP/UDF. A supposer que le score de Bayrou explose, soyons furieusement optimistes, imaginons qu’il quadruple son groupe à l’Assemblée nationale, il n’aurait alors que 120 députés. L’UDF ne pourra pas exercer le pouvoir tout seul. Il devra s’allier et il s’alliera avec l’UMP. Comment imaginer une alliance Gauche/UDF, une alliance avec un parti qui propose entre autre le maintien du CNE, la suppression de l’ISF et des droits de successions. C’est la pente naturelle de l’UDF de s’allier à Droite, c’est ce que Bayrou a toujours fait jusque très récemment, c’est ce que les élus UDF font localement partout (je mets au défi quiconque de me citer une commune ou l’UDF est dans une majorité avec la Gauche, à ma connaissance il n’y en a pas). Ainsi, voter Bayrou c'est envoyer Sarkozy à Matignon!

LE SEUL VOTE DE PROGRES ET DE CHANGEMENT, LE SEUL MOYEN EFFICACE DE BARRER LA ROUTE A SARKOZY DEFINITIVEMENT, C’EST DE VOTER SEGOLENE ROYAL DES LE PREMIER TOUR DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES.

Libellés : , , ,

sites&blogs Annuaire politique