Le blog de l'actualité radicale de Pascal-Eric Lalmy

Mon ancien blog sera consacré à partir de la rentrée à l'actualité politique. J'ai désormais un nouveau site personnel http://lalmy.unblog.fr/

Ma photo
Nom :
Lieu : Osny, Val d'oise, France

Pascal-Eric Lalmy, conseiller municipal de Osny et président du PRG95, mes blogs illustrent la diversité de mes engagements.

Retrouvez-moi sur mon nouveau site personnel

Lalmy 2008

mercredi, janvier 16, 2008

Sarkozy ramène l’Eglise dans l’Etat

Après Rome, Riyad! Lundi, lors de sa visite officielle en Arabie Saoudite, comme lors de sa visite au Vatican le 20 décembre, Nicolas Sarkozy s’est livré à un éloge de la morale chrétienne et des religions monothéistes qui sont, selon lui, au fondement même des civilisations. Drôle d'interprétation du concept de "politique de civilisation".

Ces signes annonciateurs d'un renoncement à ce qui fonde la République sont très préoccupants. Il est nécessaire de défendre avec fermeté le principe de laïcité face au débat ouvert par les déclarations du président de la République au sujet de la religion.

La vérité est qu'en ces temps de profondes mutations sociales, de diversification des pratiques religieuses, le principe de laïcité retrouve de nouvelles et fortes raisons d'être rappelé, expliqué, revivifié.

Le principe de laïcité n'est rien d'autre que la condition de la cohésion sociale.



réaction de Jean-Michel Baylet dans Libération (16/01)

Libellés :

L'Europe et les socialistes

L'Europe a toujours divisé les socialistes. Déjà dans les années 70, François Mitterrand avait dû batailler ferme pour réussir à imposer ses vues. Ensuite, lors de chacune des grandes échéances européennes, le PS a tangué et il s'est divisé lors du débat sur le TCE. La ratification du traité européen simplifié n'échappe pas à la règle.

La position adoptée par le PS au sujet du traité européen simplifié risque d'être illisible pour l'opinion publique et les électeurs. Afin de préserver la cohérence de chacune des sensibilités socialistes et la cohésion du Parti, les parlementaires ont décidé à une forte majorité de se rendre à Versailles lors du Congrès de révision constitutionnelle préalable à la ratification parlementaire, et ... de s'y abstenir. Un changement de pied par rapport au boycottage du Congrès annoncé par Ayrault et à la «liberté de conscience» tolérée par Hollande.

Dans ce dédale juridico-politique, l'électeur de base aura du mal à s'y retrouver et surtout à percevoir la ligne du PS. En revanche, il comprendra de manière très claire que les socialistes sont incapables d'accorder leur violon dans un domaine capital, l'Europe. Or c'est bien aujourd'hui à l'échelle européenne que se prennent les décisions décisives pour notre avenir, et les guerres picrocholines du PS rendent la gauche inaudible sur ce sujet si important.

Au surplus, on aurait tort d'imaginer que les querelles du PS sur l'Europe ne sont que la conséquence de leurs rivalités de chapelle. Elles constituent aussi le révélateur d'une crise idéologique plus profonde qui oppose les partisans d'une Europe se construisant de manière imparfaite mais qu'ils jugent amendable et ceux qui estiment qu'elle n'est que le cheval de Troie du libéralisme et de la mondialisation. Ce clivage en recoupe un autre sur la politique économique et sociale au niveau national. En fait, tant que les socialistes ne se seront pas mis au net sur leur doctrine dans le cadre d'une refondation idéologique qu'ils appellent tous de leurs vœux mais qu'ils redoutent d'aborder, l'Europe constituera le symptôme d'un mal plus profond qui les ronge.

Libellés : ,

vendredi, janvier 11, 2008

Inquiets pour la laïcité, les francs-maçons disent avoir obtenu des assurances de l'Elysée


Libellés :

Une incompatibilité persistante entre le PS et les travaillistes


Libellés :

lundi, janvier 07, 2008

Laîcité: Baylet (PRG) réclame à Sarkozy "des explications"

Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG), "attend des explications du président de la République française sur sa nouvelle conception de la laïcité" lors de sa conférence de presse.

L'ancien ministre se réfère à la prise de position de Nicolas Sarkozy pour "une laïcité positive" pendant sa visite au Vatican fin décembre, une déclaration qui, a-t-il mis en exergue, l'a "plus que surpris".

Selon M. Baylet, ces déclarations "ne sont pas claires et reposent fondamentalement sur un contresens philosophique et historique". "Défendre une laïcité 'positive', c'est faire un pléonasme, la laïcité héritière des Lumières et du positivisme est par essence une démarche positive et libératrice face aux obscurantismes religieux".

"En vérité, ce gouvernement est en train de remettre méthodiquement en cause tous les fondements de la solidarité républicaine en affaiblissant les corps intermédiaires, en encourageant les individualismes", ajoute le sénateur du Tarn-et-Garonne.

Libellés : , ,

jeudi, janvier 03, 2008

La solidarité : ni compassion ni socialisme


Ni compassion ni socialisme
LE MONDE | 03.01.08

© Le Monde.fr

Libellés : , ,

mardi, janvier 01, 2008

Le Droit Au Logement Opposable entre en vigueur au 1er janvier

La loi sur le Droit au logement opposable entre en vigueur aujourd'hui. Ce texte inscrit dans la loi un "droit à un logement décent et indépendant (...) garanti par l'État à toute personne qui, résidant sur le territoire français de façon régulière et dans des conditions de permanence définies par décret en Conseil d'État, n'est pas en mesure d'y accéder par ses propres moyens ou de s'y maintenir". Dès mercredi, les demandeurs pourront déposer leur dossier. Mais le problème c'est que pour le moment, les logements sociaux ne sont pas assez nombreux.

1,3 millions de personnes seraient concernées par le Droit au logement opposable. Faute de pouvoir traiter d'emblée tous ces dossiers, la loi distingue six catégories de bénéficiaires : personnes sans logement, menacées d'expulsion sans relogement, hébergées temporairement, logées dans des locaux impropres à l'habitation, ménages ne disposant pas d'un logement décent ou trop petit avec enfants mineurs et ménages avec un enfant ou une personne à charge présentant "un handicap". Soit environ 600.000 personnes.

Dans un premier temps, les demandeurs doivent disposer d'une attestation d'enregistrement départemental de demande de logement social (« numéro unique »). Cette attestation est délivrée par l'organisme HLM, la mairie ou la préfecture. Lorsque la commission de médiation départementale reconnaît le caractère prioritaire d'un dossier, elle le transmet au préfet, qui doit attribuer un logement en urgence. Elle peut toutefois également estimer qu'un accueil dans une structure d'hébergement (centre de réinsertion sociale, logement de transition, logement-foyer ou résidence hôtelière à vocation sociale) est mieux adapté à la situation du demandeur. C'est également au préfet que revient la tâche de mettre en œuvre la décision.

Dès mercredi, les demandeurs de logement relevant des six catégories retenues, peuvent déposer leurs dossiers auprès des préfectures et des antennes des CAF. Deux formulaires sont disponibles, l'un pour une "offre de logement", l'autre pour une "offre d'hébergement, d'un logement de transition, d'un logement-foyer ou d'une résidence hôtelière à vocation sociale". Les dossiers seront ensuite étudiés. Selon le DAL, cela peut prendre entre 3 et 6 mois. Si aucune solution de relogement ne lui est proposée, le demandeur peut déposer un recours contentieux devant le tribunal administratif à partir du 1er décembre 2008.

Libellés :

sites&blogs Annuaire politique